[eBook] Les portes du néant

Traduction RANIA SAMARA  - Langue d'origine : ARABE

Résumé

Figure de l'opposition au régime de Bachar al-Assad, Samar Yazbek est contrainte de quitter son pays tant aimé en juin 2011. Depuis son exil, elle ressent l'urgence de témoigner. Au mépris du danger, elle retourne clandestinement dans son pays, en s'infiltrant par une brèche dans la frontière turque. Trois voyages en enfer dans la région d'Idlib où elle vit de l'intérieur l'horreur de la guerre civile, aux côtés des activistes. Des premières manifestations pacifiques pour la démocratie, à la formation de l'Armée Syrienne Libre, jusqu'à l'émergence de l'État islamique, Samar Yazbek livre un témoignage courageux sur le quotidien des combattants, des enfants, des hommes et des femmes ordinaires qui luttent pour survivre. Elle dit l'odeur de la terre après l'explosion d'une bombe, l'effroi dans le regard des mères, les corps mutilés ; elle dit l'une des plus grandes tragédies du xxie siècle.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782234079960
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 306 Pages
  • Action copier/coller Non
  • Action imprimer Non
  • Partage Dans le cadre de la copie privée
  • Nb Partage 6 appareils
  • Poids 922 Ko
  • Distributeur Numilog

Samar Yazbek

Née en 1970 à Jablé en Syrie, Samar Yazbek a publié quatre romans dans son pays dont Un parfum de cannelle (Buchet-Chastel, 2013). Feux croisés, journal de la révolution syrienne (Buchet-Chastel) a obtenu en 2012 une reconnaissance internationale et a été récompensé par plusieurs prix littéraires défendant la liberté d'expression et le courage : Prix PEN Pinter en Angleterre, Prix Tucholsky en Suède et le Prix Oxfam aux Pays-Bas. Journaliste et écrivain reconnue, figure de l'opposition à Bachar el-Assad, elle est contrainte à l'exil en 2011 et se réfugie en France avec sa fille. Entre « deux monstres » - le régime syrien et les jihadistes -, Samar Yazbek se dit aujourd'hui aux « portes du néant ».

empty