Hadj Miliani

  • Quel rapport y a-t-il en Algérie entre la pratique de la dédicace, l'organisation d'un simulacre de mariage, l'usage de la vanne ou de l'insulte, une chanson de rap ou une vidéo comique ? C'est pour apporter quelques éclairages qu'ont été réunis les différents essais qui témoignent d'une recherche fondée sur une interrogation des lieux de croisement de certaines conduites et pratiques culturelles du présent et du passé en Algérie.

  • Cet ouvrage se propose d'interroger les pratiques et les productions littéraires de langue française en Algérie de 1970 à la fin des années 90 en tentant de rendre compte de l'état de constitution et de développement des différentes instances qui structurent la sphère littéraire. S'il existe bien des écrivains algériens de langue française et des oeuvres qui depuis plus d'une cinquantaine d'années attestent de la présence et de la vitalité littéraires, qu'en est-il du fait littéraire de langue française et de l'activité littéraire en Algérie ?

  • Méditerranée apaisante d'une part et crise meurtrières au Proche-Orient et au Maghreb de l'autre, ce livre composé de ces deux pans donne la parole aux écrivains et poètes qui ont connu les guerres intestines et les dissidences plus d'une dizaine d'années durant. Les femmes y prennent la parole autant que les hommes : textes traduits de l'arabe ou textes écrits directement en français.

  • Le 4 septembre 1994, cheb Hasni, l'un des chanteurs les plus populaires de la chanson raï, est assassiné dans son quartier natal à Oran. Ce meurtre et d'autres projettent le raï dans l'actualité politique. C'est de la vie des traditionnels cheikhate et cheiks, des modernistes chabete et chebs, dont il est question dans cet ouvrage, à travers l'histoire des métissages musicaux, la place et les chants des femmes chanteuses et les mutations culturelles au sein de la jeunesse algérienne. Le raï s'est propagé à peu près partout dans le monde et particulièrement en France par les cassettes, les disques et les concerts donnés par ses plus célèbres vedettes, telles les maîtresses de la tradition cheikha Rimitti et cheikha Djénia, les jeunes novateurs comme Khaled, Mami, Zahouania, Fadéla, Sahraoui et cheb Hasni. Immédiat et baroque, constamment aux limites de la dérision et du dérisoire, esthétique du puzzle et de l'inachèvement, le raï préfigure une multiculture qui emprunte autant qu'elle modèle sans jamais relever d'une tradition fermée. Cet ouvrage est le premier à raconter et analyser l'histoire du raï, son originalité, son aventure.

empty