Gallimard

  • En quoi le dessin d'une mouche au centre de l'urinoir fait-il de l'homme un mouton?
    Pourquoi les gens qui font des 'quenelles' tiennent-ils à montrer qu'ils ont le bras long ?
    D'où vient l'idée saugrenue de fin du monde ?
    Qui dira la tragédie du sac plastique à usage unique, que son immortalité condamne ?
    Comment se fait-il que chaque époque ait eu des gens pour dire que "c'était mieux avant" ?
    Quelle différence entre un twitto et un gladiateur, et entre le 'mode avion' et le souverainisme ?
    Que restera-t-il du vintage quand, dans quelques années, notre passé immédiat n'aura plus que des objets virtuels à offrir en chemin à ceux qui voudront, malgré la fin de l'histoire, partir encore à la recherche du temps perdu ?
    En un mot, comment échapper, face au monde et à ses objets, au triste sentiment de savoir ?
    En gardant à l'esprit que, contrairement à une idée reçue, quand l'imbécile montre la Lune, le sage regarde le doigt...

  • Comment élever la philosophie jusquaux objets du quotidien? Comment parler du GPS, de la carte de fidélité, de liPhone, des capsules Nespresso, des affiches électorales, des zones fumeurs, de la 3D, de France Info, de la baguette de tradition française, du micro-trottoir ou de Lady Gaga sans verser dans la 'mode de la philosophie' qui fait des bulles en pensant le trivial? La dignité des objets que la philosophie se donne est un faux problcme. ´R linverse de ceux qui, ´r force de demander ´r la philosophie detre accessible alors quelle lest déj´r, en interdisent lacccs autrement que par la porte de service, lenjeu, ici, nest pas de descendre jusquau monde en simulant lintéret quon lui trouve, mais de partir de lui comme dune maticre premicre.

  • Le philosophe de service vient seulement d'apparaître, mais déjà son image le poursuit comme son ombre. C'est une figure tragique à qui l'orgueil et l'opinion imposent de troquer son âme contre une monnaie de singe. L'amour de la sagesse est-il soluble dans le souci de plaire? Le philosophe de service est celui qu'on regarde sans le voir, qu'on entend sans l'écouter, qu'on invente qand on l'invite, et qui s'éteint quand la lumière s'en va.

empty