Presses de la Renaissance

  • "Alors, Père Denis, que devenez-vous ?" C'est une phrase que l'on entend souvent dans les rues de Strasbourg ou dans les couloirs de Hautepierre, l'hôpital dans lequel le père Ledogar s'investit depuis 1979, d'abord en tant qu'infirmier anesthésiste puis en tant qu'aumônier. Quand on oeuvre avec les soignants auprès des malades et des mourants, que devient-on après vingt-cinq ans de service ?


    Contre vents et marées, le père Ledogar reste fidèle à sa vocation d'humanitaire au coeur tendre. Mais coeur tendre ne veut pas dire mièvre et, dans ce livre, il n'hésite pas à témoigner de ce qui fait mal : la douleur engendrée par la maladie et la mort, l'avenir des jeunes, le futur de l'Église face aux évolutions de la société.


    Il évoque également son engagement à Lourdes auprès des malades ; "la ruche", la communauté chrétienne née au coeur de l'hôpital. Et surtout sa vie de prêtre. Celle dont il ne regrette rien, prêt à signer à nouveau des deux mains.

  • Les évêques de France demandent que le sacrement de mariage fasse l´objet d´une année entière de réflexion et de préparation. Or, s´il existe de nombreux ouvrages sur la vision chrétienne de l´amour, peu se consacrent à la préparation au mariage et aucun ne s´appuie exclusivement sur l´enseignement de « l´amour humain dans le plan divin » donné par Jean-Paul II, qui constitue désormais la « théologie du corps » de l´Église.

    Cet enseignement est pourtant d´une modernité et d'une richesse inouïe : il donne sur le corps et sur la personne, sur la sexualité et sur le mariage une lumière radicalement nouvelle dans l´histoire de l´Église.

    Tel est l´objet de cet ouvrage qui, dans une première partie, présente cet enseignement de manière pédagogique et accessible à tous, et, dans une seconde, l'applique concrètement à la vie conjugale à travers 13 thématiques fondamentales.

    Il constitue, pour ceux qui accompagnent au mariage et pour ceux qui s´y préparent, une synthèse indispensable de la pensée de l´Église sur l´amour, ses fondements et son appel.

  • De Dieu, on peut dire ce qu'il n'est pas. AprèsDieu n'est pas bizarre(1996) etDieu n'est pas solitaire(2000),Dieu ne sait pas comptercomplète la trilogie.Aujourd'hui, tout se chiffre, tout se calcule. Dieu lui-même est souvent imaginé comme un superflic comptabilisant nos infractions, un juge devant lequel nous serons un jour ou l'autre sommés de comparaître, un banquier faussement généreux nous reprochant sans cesse d'être "à découvert".Et si Dieu, le vrai, le Dieu de Jésus-Christ, ne savait pas compter ? Ni additionner, ni soustraire, encore moins diviser. Tout juste, peut-être multiplier, mais toujours par l'infini, ce qui n'est jamais chiffrable, comme pardonner "jusqu'à soixante-dix-sept fois". Dieu n'est pas un Dieu qui compte et demande sans cesse des comptes, mais un Dieu qui compte sur nous. Non pas comme sur un vaste troupeau chaque jour recompté, mais sur chacun, à ses yeux unique et infini à la fois. Comme Jésus, le Fils unique, qui est tout pour lui.On demandait un jour à Mère Teresa : "Finalement, tout au long de votre vie, combien en avez-vous sauvés, d'hommes, de femmes, d'enfants ? - Un par un", répondit-elle.Actuellement curé dans le Val-de-Marne, Jean-Noël Bezançon a été, à Paris, aumônier de lycée, responsable du Service des Vocations, puis curé de Notre-Dame d'Auteuil et de Saint-Jacques-du-Haut-Pas. Il a enseigné dix ans au séminaire Saint-Sulpice et vingt ans à l'Institut catholique de Paris, notamment comme directeur de l'Institut supérieur de pastorale catéchétique.

  • On a trop souvent fait du pardon un but, alors que ce n´est qu´une étape sur le chemin. Et s´il s´agissait plutôt de tourner la page pour pouvoir enfin se libérer ? Et s´il suffisait d´assumer nos blessures bien plus que d´en obtenir une impossible réparation ? Lytta Basset rassemble ici la quintessence d´une recherche de plus de dix ans pour nous livrer les grandes étapes de ce douloureux mais incontournable travail de pacification avec le passé et le mal subi.L´auteur part de la fêlure que l´on ressent à l´heure du « ras-le-bol » ? qui fait écho à une blessure plus profonde, enfouie ? et, mettant nos freins et nos prétextes en lumière, elle nous aide à voir clair : nous sommes dans le déni d´une souffrance passée, or sans blessure reconnue, il n´y a pas de chemin de guérison possible. Lytta Basset met le lecteur face à son besoin de juger, elle le confronte à son entêtement et à sa culpabilité, double masque de nos blessures enfouies. Pas à pas, en s´appuyant toujours sur des personnages ou des épisodes bibliques, elle nous invite à suivre une trajectoire de renouveau pour s´accepter et s´aimer, tout blessé que l´on soit. Alors la distance transforme notre regard, et une unité intérieure se fait jour.

  • Le milieu des exorcistes est fermé et relativement secret.
    Le monde occulte que ces prêtres côtoient suscite curiosité et fascination. Scandalisé par les contre-vérités véhiculées par certains films, sur des plateaux télévisés ou dans de prétendus documentaires, le père Angelo, exorciste officiel d'un diocèse italien, a choisi de faire la lumière sur ce ministère mal connu. Sans langue de bois, loin des clichés et avec humour, il aborde les questions délicates liées à la possession.
    Il dénonce les faux exorcistes, les opérateurs de l'occulte, mais aussi les dérives et l'incompétence de certains confrères, et les dégâts causés par ceux qui croient voir le démon là où se cachent souffrances et maladies psychiques. Un témoignage inédit.

  • Théologienne, l'auteur aborde aussi la dimension spirituelle de l'art d'être parent, ainsi que l'aspect religieux de l'éducation : comment gérer le rapport à l'héritage chrétien dans l'éducation à donner aux enfants tout en les respectant ? Peut-on leur transmettre la foi en Dieu ? Si oui comment, et à quel âge ?
    Cet ouvrage est nourri par les rencontres, échanges, confrontations avec les parents et les professionnels de l'enseignement et de l'éducation rencontrés par l'auteur au cours des multiples conférences données sur le sujet depuis plus de dix ans. Célibataire consacrée, elle s'inscrit dans l'horizon de la parentalité spirituelle, ce qui lui confère une distance utile à la mise en perspective de ce qui se joue aujourd'hui dans la relation parents/enfants, jeunes et moins jeunes.

  • Mgr André Vingt-Trois a succédé au cardinal Lustiger quelques semaines avant la mort du pape Jean-Paul II, dont ce fut une des dernières décisions. Une ère nouvelle s'est ainsi ou-verte en 2005 pour les catholiques de Paris et de France.
    Car l'archevêque de la capitale a un statut exceptionnel. Comme l'a fait le cardinal Lustiger pendant vingt-quatre ans, Mgr Vingt-Trois est appelé à parler fort et net, non seulement dans l'Église mais aussi dans la société.
    Ce livre rassemble les principaux thèmes qui lui tiennent à coeur depuis sa nomination et permet de découvrir une personnalité lucide et pleine d'humour aux analyses décapantes et aux projets sans complexe concernant les institutions ecclésiales, la culture et les grandes questions éthiques du XXIe siècle.
    Ces interventions sont ordonnées autour de six thèmes :
    - la mission des chrétiens dans la société ;
    - le problème du mal et de la souffrance ;
    - le catholicisme et l'intelligence contemporaine ;
    - la responsabilité éducative des adultes ;
    - le renouvellement de l'Église ;
    - le nécessaire recentrage du ministère des prêtres.
    Autant de sujets brûlants sur lesquels il est désormais possible de savoir ce que pense l'archevêque de Paris, et jusqu'où il veut emmener les croyants - et les autres.

  • Le judaïsme considère que les Juifs ont à porter leur projet éthique et spirituel non seulement en tant que personnes mais aussi en tant que peuple. Un peuple capable de témoigner devant les autres peuples que le politique, l'économique et le social peuvent être fondés sur la morale portée par une aspiration spirituelle.
    Armand Abecassis, philosophe et exégète du judaïsme de renom, retrace dans un récit d'une grande fluidité, avec le souci de s'adresser à tous de manière objective, l'histoire foisonnante du peuple juif, une aventure unique dans l'histoire de l'humanité. Une histoire multimillénaire qui a façonné une grande partie de notre monde actuel, et dont l'influence philosophique, historique, culturelle, artistique, spirituelle est profonde. Ce faisant, il en explique les coutumes, les différents courants, l'évolution de la pensée, les fêtes et les pratiques. Il n'élude pas les grandes questions contemporaines.

  • Depuis plus d'une décennie, ce principe fondateur est mis à mal par une petite partie de la population, de nationalité française ou non, qui, se référant à des textes sacrés, des croyances, des coutumes, refusent de se plier à la législation en vigueur, tant du côté des soignants (médecins compris) quer des soignés. Pire : ils exigent qu'elle s'adapte à leurs propres exigences, faisant table rase des principes fondamentaux liés à la laïcité, des règles d'hygiène, des mesures de sécurité des biens et des personnes, de l'organisation des soins... et de l'égalité des hommes et des femmes.
    Il y a urgence : l'intégrisme religieux est à la conquête de l'hôpital public.

  • Ils ont réussi le retour ! Cinq ans après l'exploit d'Edouard Cortès et Jean-Baptiste Flichy - Paris-Saigon en 2 CV -, Tristan Villemain et Quentin Renaud ont relevé le défi : ramener « Bucéphale »à Paris. Le témoignage savoureux d'une aventure unique.Passionné de voyages et d'aventures, Tristan, jeune Nantais de 20 ans, se lance en 2007 dans un défi singulier : retrouver « Bucéphale », la 2 CV sans toit qui a permis à Edouard Cortès et Jean-Baptiste Flichy, quelques années auparavant, d'accomplir le voyage Paris-Saigon sur les pas de Guy de Larigaudie. Et la ramener à Paris, en poursuivant la route par l'autre côté du globe.Deux ans plus tad, Tristan se lance, accompagné de Quentin. D'épisodes rocambolesques en rencontres étonanntes, ils nous entaînent du continent asiatique à l'Australie, de l'Amérique du Sud aux Etats-unis, dans un périple chaotique et insensé de 44 000 kilomètres en 2 CV, où l'humour est souvent au rendez-vous.Le témoignage cocasse et enlevé de deux jeunes routards dont l'« antivoyage » a modifié en profondeur le regard qu'ils posaient sur le monde.Tristan Villemaina attendu ses 23 ans pour prendre Saint-Exupéry au pied de la lettre : « Fais de ta vie un rêve et d'un rêve une réalité. »Quentin Renaud, 27 ans, est ouvrier et technicien dans la construction du bois.Saigon-Paris, le retour de Bucéphaleest leur premier livre.

  • « Je me sens mal, différent, déconnecté», « Je ne trouve pas ma place », « Je n´ai pas les mêmes valeurs », « Tout va trop vite », « J´ai peur de mourir », etc. : aujourd´hui, de plus en plus de personnes témoignent d´un sentiment de décalage.D´où vient ce malaise ? Avons-nous appris à résister et à nous adapter positivement aux pressions et difficultés du monde moderne, à trouver du sens à notre vie ? C´est à ces questions qu´Yves Boulvin, psychologue chrétien, répond dans cet ouvrage.Il montre qu´approfondir ce sentiment de décalage et de malaise peut nous permettre de découvrir notre spécificité, nos dons, nos talents. Une réelle opportunité pour que se révèle notre richesse intérieure. Nous parviendrons ainsi àêtre heureux d´être nous-mêmes, à nous sentir aimés de Dieu, à trouver notre place. Notre vie, enfin acceptée, deviendra plus pleine, plus féconde.Illustrant son propos de nombreux témoignages de personnes venues le consulter au fil des années, l´auteur met le lecteur sur la voie de sa propre réalisation et de son épanouissement.Yves Boulvin, psychologue chrétien, est formateur en relations humaines et anime des émissions « foi et psychologie » depuis vingt-cinq ans sur différentes radios chrétiennes. Il est l´auteur deChoisis la vie, deRenaître, deLa vie : combat ou cadeau, deRéussir sa vie affective, de100 chemins pour être plus heureux(Éd. des Béatitudes), deRebondir après l´échec(Éd. Saint-Augustin) et deJ´ai choisi de vivre, avec Christian Faison (Presses de la Renaissance).

  • Un retour aux sources de l'Évangile : Jésus nous dit lui-même qui il était, d'après le récit de Marc, le plus ancien des évangiles.Une révolution à l'époque qui a gardé toute sa modernité.0300 Pour comprendre la révolution que représenta la venue de ce sauveur différent de ce que le peuple juif attendait, Éric Denimal propose une lecture attentive de l'Évangile de Marc, le premier et le plus concis des quatre Évangiles, qui montre la terrible méprise contre laquelle Jésus lutta pour convaincre ses proches.
    L'auteur respecte la chronologie proposée par Marc, qui, bien plus que le simple souci d'un récit fidèle, est également message dans le message, et pédagogie de l'enseignement du Christ. Marc n'est pas simplement un journaliste qui relate les choses, il est un éditorialiste qui veut construire et partager une opinion. Son objectif est certainement de présenter avant tout le Christ selon Jésus.
    C'est ainsi qu'il montre et démontre deux résistances autour de la Bonne Nouvelle annoncée : les disciples et les prêtres. Les premiers se laissent progressivement modeler, les seconds entrent très vite dans un conflit qui conduira à la mise à mort.
    Mais même cette mise à mort a été programmée par le Fils de Dieu : Jésus l'avait annoncée, expliquée car tel devait être le Christ inattendu, déjouant le messie attendu !

  • Cet ouvrage raconte l'histoire d'une naissance. Celle du mouvement Foi et Lumière, qui compte aujourd'hui plus de 50 000 membres au sein de 1 600 communautés dans 77 pays, créé en 1971 par Marie-Hélène Mathieu, fondatrice de l'OCH, Office chrétien des personnes handicapées, et Jean Vanier, fondateur de l'Arche.Une naissance paradoxale, dans la douleur et la joie : la douleur des familles confrontées au handicap dans une société qui a si peur de la différence ; et la joie de découvrir la valeur unique de chacun, malgré ses limites et ses fragilités, simplement parce qu'il est à l'image de Dieu.Au-delà d'une expérience singulière, racontée de manière très vivante, ce récit est un éclairage inédit sur une époque qui n'est pas si ancienne et sur une page de l'histoire de l'Église qui n'avait jamais étéécrite.L'occasion de découvrir comment une intuition somme toute banale, celle de croire que chacun mérite d'être accueilli comme il est et que les plus petits ont une place spéciale au coeur de l'Église et du monde, s'est avérée prophétique avec les années. Une intuition qui apparaît aujourd'hui évidente, mais perçue à l'époque comme une véritable provocation.Une occasion aussi de mesurer le chemin parcouru en quarante ans et les nouveaux défis - sociaux, éthiques, humains - qui se présentent à tous ceux qui demeurent soucieux de l'Homme.

  • Le lecteur suivra Jésus à la synagogue de son enfance à Nazareth ; au désert, où Jean-Baptiste pratique un curieux geste de baptême un jour de Kippour et où vivent les mystérieux Esséniens ; au coeur de cette « Galilée des païens » qui engendre exorcistes, révolutionnaires et messies. Peu à peu se dégage le portrait déroutant d'un maître spirituel pharisien appartenant à la mouvance populaire deshassidim, au coeur des conflits de mouvements religieux concurrents qui se disputent l'identité juive sous le joug romain. On découvre l'enracinement de Jésus, sa proximité affective et sensible avec Dieu, son profond amour de la Torah. À travers l'histoire de l'homme Jésus, se pose une question lancinante : Qui est cet homme ?

  • Jésus de Nazareth, son frère Jacques, Pierre, le premier « pape », Paul de Tarse, l´apôtre des païens, n´étaient pas chrétiens mais juifs. Ce n´est qu´à partir du IIe siècle que, du judaïsme multiple d´avant la destruction du Temple, naîtront le judaïsme messianique, qu´on nommera bientôt « judéo-christianisme », et le judaïsme rabbinique, que nous connaissons.

    La plupart des croyances chrétiennes - le Dieu Père, l´Esprit Saint, la Résurrection des morts, l´apocalypse, etc. - sont en réalité des croyances juives nées plusieurs siècles avant notre ère. L´Évangile les intégrera pour se répandre dans les synagogues de la diaspora de langue araméenne - Palestine, Syrie, Mésopotamie, Babylonie...-, et dans la diaspora juive hellénisée - Asie mineure, Égypte, Rome...

    /> Il ne reste aujourd´hui de cette longue histoire de l´invention du christianisme des cinq premiers siècles que la branche hellénisée, au départ minoritaire. Faute de considérer sérieusement le fait juif, les « histoires du christianisme » modernes sont souvent des lectures anachroniques gréco-romaines. En réalité, jusqu´aux grands conciles du IVe siècle, il n´y a pas d´« orthodoxie » chrétienne.

    C´est la conversion de l´empereur Constantin en 312 qui inaugure la chrétienté : l´Empire gréco-romain tout entier abandonne les cultes païens pour se tourner vers le Dieu Unique. C´est ainsi que dans une société violente naît l´utopie fraternelle de la Cité de Dieu de la fin des temps. Les succès moraux incontestable de cette Révélation pour les païens jusqu´à nos jours ne doivent pas nous faire oublier la richesse de ses origines et de son coeur hébraïques.

  • Cadeau idéal à offrir ou à s'offrir pour (se) faire du bien, ce petit ouvrage présenté dans une véritable boîte à fromage propose les meilleures blagues et jolies histoires drôles du monde chrétien, mettant en scène moines, curés, pasteurs, enfants de choeur, saints et moins saints... jusqu'à la Sainte Famille !
    Un gars se fait construire un troquet juste en face d'un cimetière. Pour faire sa publicité, il place une enseigne près de sa porte : « Quoi que l'on dise ou quoi que l'on fasse, on est bien mieux ici qu'en face ! » Piqué au vif, monsieur le curé pose dès le lendemain une enseigne sur le mur d'enceinte du cimetière : « Quoi que l'on dise ou quoi que l'on fasse, tous ceux qui sont ici viennent d'en face ! »Sujet de dissertation de philo poséà des élèves de terminale :Abordez de manière la plus concise possible les trois domaines suivants :1. Religion, 2. Sexualité, 3. MystèreMeilleure copie 20/20 : « Mon Dieu, je suis enceinte ! Mais de qui ? »L'homme : « Dieu ? »Dieu : « Oui ? »L'homme : « Que représentent pour toi un million d'années ? »Dieu : « Une seconde. »L'homme : « Et un million d'euros ? »Dieu : « Un centime. »L'homme : « Peux-tu me donner un centime ? »Dieu : « Attends une seconde ! »

  • « Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire », chante Baloo dans Le Livre de la jungle. Vous connaissez la musique, alors reprenez depuis le début et fredonnez. Et surtout, n´attendez pas d´avoir le tour de taille de Baloo pour profiter de la vie !

    Nous sommes à une époque où tout semble déjà avoir été écrit, peint, chanté. L´incessant rabâchage de l´inexorable déclin de l´Occident sonne de plus en plus comme une fatalité. Il y a donc urgence à ne pas céder à la morosité ambiante.

    Après avoir tour à tour surmonté des épreuves professionnelles, des déceptions personnelles et un cancer, Emmanuel Fourgeaud a décidé de changer de vie, et réalisé que Baloo a bien raison. Avec cet ouvrage, il souhaite aider ses contemporains à mieux exister, leur offrir le sommaire d´un manuel de survie nécessaire en ces temps difficiles. Pas un pot pourri des lectures soit disant indispensables, mais une juste conjugaison de ce qu´il appelle la « réalité augmentée ». Est-il heureux ? En tout cas, bien plus que lorsqu´il courait après le superflu.
    À travers une succession de textes drôles, impertinents ou émouvants, l´auteur nous fait redécouvrir les petits plaisirs de la vie. Un livre délicieux qui s´apparente presque à un manuel du bonheur. À lire et à relire sans modération !

  • Xavier Accart se propose d'éveiller de façon didactique et vivante au langage liturgique pour " réenchanter la pratique " et la vie chrétienne dont la liturgie est la matrice.
    En quarante-cinq chapitres concis, pédagogiques et écrits dans un langage accessible à tous, il reprend les notions essentielles - les symboles de la messe et sa structure, la signification des couleurs et des vêtements sacerdotaux, l'architecture des églises, les différents temps liturgiques de l'année...- et en tire un enseignement spirituel d'une grande profondeur. Chacun pourra ensuite faire son propre chemin, en découvrant à quel point la liturgie catholique, riche d'une tradition en perpétuel renouvellement, est le creuset privilégié d'une vie spirituelle personnelle, authentique et féconde.
    L'auteur part de l'expérience concrète des lecteurs et puise les éléments de son analyse essentiellement dans la Bible et les Pères de l'Église.
    Cet ouvrage a été inspiré par la chronique mensuelle qu'il tient sur ce sujet dans la revue Prier depuis plusieurs années, reconnue comme une chronique vedette par la rédaction et suscitant de nombreux courriers de lecteurs. Facile d'accès, même pour un débutant dans la foi chrétienne, il présente cependant une approche et des références originales qui intéresseront des chrétiens déjà formés.
    Des annexes complètent le corps du texte : schémas et dessins, index thématique, structure générale de la messe, calendrier liturgique 2009-2015. Enfin, la préface est signée de l'archevêque de Toulouse, ancien moine bénédictin de Kergonan reconnu dans l'Église comme l'un des meilleurs spécialistes de la liturgie.

  • Libéré de la tyrannie, l'Irak sombre vite dans la violence. À un régime sécuritaire répressif succède l'insécurité généralisée. Les espoirs de liberté se perdent dans une anarchie dévoyée, faite de terrorisme aveugle, d'assassinats barbares, d'enlèvements,d'attentats qui ciblent mosquées et églises, places publiques et marchés, forces alliées et forces irakiennes.
    Parmi les Irakiens, les chrétiens vivent un véritable drame : accusés à tort par les plus extrémistes d'être à la botte de l'occupant américain, plusieurs centaines de milliers d'entre eux sont confrontés à l'exil et à la mort. Les autres se terrent.
    Archevêque de Bagdad, Mgr Jean Benjamin Sleiman témoigne de leurs incertitudes et de leurs souffrances. Il stigmatise la "dhimmitude", cette soumission perverse des non-musulmans en pays d'Islam pour avoir simplement le droit de vivre sur leur terre. Il analyse en profondeur les causes religieuses, historiques et sociales de leur désenchantement après avoir rappelé l'apport considérable et ancien du christianisme au patrimoine irakien, aujourd'hui oublié.
    Les chrétiens d'Irak, désespérés, ne se reconnaissent plus dans leur propre pays. Un vibrant appel à la réconciliation nationale et à l'autodétermination.
    Mgr Jean Benjampin Sleiman est archevêque de Bagdad des Latins. Libanais, il vit en Irak depuis 2001. Cet ancien carme, polyglotte et francophile, a fait ses études de théologie et de sciences humaines et sociales en France.

  • Au soir de sa vie, soeur Emmanuelle nous livre ses pensées sur le ton de la confidence, sans austérité, avec la grâce de la spontanéité. Elle parle de la vie, de la mort, de l'amour. Elle parle de Dieu, comme jamais elle ne l'avait fait auparavant, et nous ouvre un chemin sur lequel elle nous précède, vers la source d'éternité.
    Soeur Emmanuelle dit et redit encore, tel qu'elle l'a vécu, l'amour à l'état pur. Tel est le don de ce Testament spirituel qui nous transmet son sublime souffle d'amour en Dieu.
    " Je m'approche de la joie du ciel.
    Une joie dont je voudrais vous donner de petites lueurs dans les pages de ce Testament spirituel.
    Je vous demande de continuer à chanter avec moi sur les routes du monde où vous êtes en chemin.
    En marchant vers Dieu, vous marchez aussi vers moi.
    Préparons-nous à des retrouvailles merveilleuses !
    Allez en chantant au Seigneur : "Je vais vers Toi à travers tout.' L'éternité est notre but, notre respiration, notre chant.
    Je vous invite à partager l'éternité parce que j'y crois de toute mon âme.
    L'éternité est la seule source de vie.
    L'éternité est la vraie source de l'espérance. " Soeur Emmanuelle, le 11 octobre 2008.

  • « Tout commence avec Ouagadougou, ville superbe qui m´a ouvert les bras en 2001, à 23 ans. C´est là que j´ai passé, presque par hasard, la porte de l´Afrique. La claque fut telle que je n´ai pas pu la garder pour moi. Il m´a fallu la partager, emmener ceux que j´aime avec moi. Parce que ce que je vivais alors était si plein, si dense, que je voulais leur transmettre la force de vie que le voyage m´offrait pour rien.
    À cette époque lointaine où Internet marchait au ralenti, j´ai dû me résoudre à écrire des mails collectifs pour raconter.

    Depuis, plus de dix ans ont passé, et un quart de l´Afrique a défilé - des townships du Cap à la lumière de Tanger, en passant par les Touaregs maliens et le zinc de Freetown - et le pôle Nord, aussi, la Sibérie, la Roumanie, l´Argentine, le Liban en guerre, l´Inde... Partout, j´ai emmené mes amis les plus chers avec moi. Partout, je les ai invités à s´asseoir à mes côtés à la table si bien fournie de la vie, histoire de passer un moment ensemble, et de leur présenter mes nouveaux amis.

    Depuis, le voyage continue - tantôt journaliste, cameraman, flâneur, "homme itinérant" dès que l´occasion se présente. Toujours habité par la nécessité de partager avec ceux que j´aime des événements parfois infimes, mais qui m´ont traversé tout entier, et mené au-delà de moi. » Dans un style plein d´humour et de poésie, Romain Potocki nous entraîne à la découverte de l´Autre, dans tout ce qu´il fait résonner en chacun de nous, et nous fait voir le monde autrement.

  • "Chacun contribue à changer le monde, ne serait-ce que par sa façon de se comporter à l'égard de l'Autre.
    Puis-je immodestement affirmer que j'ai exercé une influence sur mon temps un peu plus que la plupart des gens ? Grâce à un ensemble de chances, même si, au départ, les circonstances ont relevé plutôt de la tragédie". Né en 1925, professeur à Sciences Po pendant trente-six ans ainsi qu'à Polytechnique, HEC, Stanford University, journaliste à La Croix, au Monde, à Ouest-France et dans les radiotélévisions allemandes, Alfred Grosser a effectivement été, durant soixante ans, un homme de réflexion et d'influence.
    Engagé pour la compréhension franco-allemande depuis 1947, il tient en Allemagne la place d'observateur-participant. Athée, il ne cesse de jouer un rôle un peu analogue dans le catholicisme français. Dans ce livre-bilan, il expose sa méthode de pensée et d'action, son rapport au politique, et fustige les abus des puissants de l'économie et la béance des inégalités dans notre société. La dénonciation de "la foire sur la place" que constitue le milieu parisien ne l'empêche pas de présenter ses joies culturelles qui comprennent aussi le sport, mais surtout la musique.
    Ces joies - étendues à celles du couple et de la famille - n'empêchent pas son interrogation insistante sur la souffrance et la mort, dans leur réalité et dans la façon dont elles sont perçues aujourd'hui. En fin de compte, Alfred Grosser rectifie l'image donnée par Albert Camus : il est un Sisyphe heureux parce que, à chaque chute, la pierre reste un peu plus haut qu'à la retombée précédente.

  • Trente ans après sa mort, Marthe Robin reste un mystère et soulève d´immenses questions. Car tout chez la célèbre mystique défie les lois de la nature et du simple bon sens : paralysée, stigmatisée, malvoyante, elle a vécu près de cinquante ans sans manger ni quitter son lit, souffrant la Passion chaque semaine.Des témoins dignes de confiance ? amis, prêtres ou médecins ? attestent la réalité deces événements. Mais certains éléments de sa vie ont été tenus secrets. Or la stigmatisée de Châteauneuf-de-Galaure est un personnage infiniment plus complexe que l´image transmise jusqu´ici par son entourage.L´enquête approfondie de François de Muizon permet d´approcher au plus près sa « vraie vie » et d´éclairer notamment les circonstances de sa mort : paralysée, elle fut pourtant retrouvée au pied de son lit. Et plusieurs témoins ont enfin accepté de parler en livrant des informations primordiales.La femme qui apparaît alors, débarrassée d´une grille de lecture religieuse réductrice et parcellaire, est plus fascinante, plus émouvante, tout simplement plus humaine, tout en gardant cette dimensionmystérieuse qui en fait un personnage unique dans l´histoire religieuse. Elle nous engage à une plongée dans l´avenir en proposant des réponses aux grands défis du XXIesiècle.François de Muizon, ancien maître de conférence en sciences de l´information et de la communication, a été consulté comme expert par Mgr di Falco-Léandri dans le cadre de la reconnaissance en 2008 des apparitions de Notre-Dame du Laus. Il est l´auteur de plusieurs ouvrages de spiritualité sur les ermites, les apparitions, l´exorcisme, dontEnquête sur la piété des foules(Perrin),Dans le secret des ermites d´aujourd´hui(Nouvelle Cité) etUn nouveau regard sur les apparitions(Éd. de l´Emmanuel).

  • Être effrayé par la mort, voire la nier, faire comme si elle n'existait pas, refuser de l'évoquer, ce n'est pas vivre vraiment ! En confrontant les sagesses des grandes traditions spirituelles de l'humanité, Catherine Barry nous montre comment changer notre regard sur la mort et apprendre ainsi à mieux vivre.Car au-delà des distinctions qui existent entre les diverses religions, toutes mettent en évidence qu'il existe au coeur de chaque être un espace nu, un centre absolu de vérité où aucune réalité, aucune attente, aucune peur, aucun espoir ne peuvent plus être masqués. Un point lumineux où la vie et la mort ne font qu'une. C'est dans cet endroit unique qu'il devient possible de cesser de tricher avec soi-même.L'ouvrage est construit en trois parties :1. Se préparer à mourir ou comment devenir un meilleur être humain2. Le passage : de la peur au lâcher prise, le sens des rituels et des prières3. La vie après la mort : quelles espérances ?Illustré de magnifiques dessins des grandes figures spirituelles réalisés par Laurent Taudin, ce livre, qui s'adresse à tous, permet véritablement de retrouver l'espoir !

empty