Belfond

  • Novembre 1918. Istanbul, la ville mythique, est soumise à l'occupation intraitable des Alliés, vainqueurs de la Grande Guerre. Sur les rives du Bosphore, entre Orient et Occident, des choix douloureux s'imposent.
    Leyla Hanim est la jeune épouse d'un secrétaire du sultan Mehmet VI. Sa belle-mère, une esclave circassienne affranchie du sérail impérial, l'oblige à respecter les coutumes ancestrales. Mais, lorsque leur demeure est réquisitionnée par un officier français et sa famille, cette vie bien ordonnée vole en éclats. De son côté, le capitaine de frégate Louis Gardelle ne résiste pas aux sulfureuses tentations de la cité cosmopolite où affluent les Russes blancs fuyant la révolution bolchevique. Pour les Turcs qui se refusent à la désintégration de leur pays, l'heure est à la résistance. Encouragée par son frère, Leyla s'engage dans la lutte malgré sa peur de l'inconnu et la position de son mari. Sa rencontre avec Hans Kästner, un archéologue de Berlin fidèle au général Mustafa Kemal, bouleverse son existence. L'Anatolie des rebelles devient alors le décor d'un amour interdit.
    À la lueur des révolutions et à l'aube d'un monde moderne, la Turquie nouvelle émerge des cendres ottomanes, tandis qu'une jeune femme découvre le goût parfois amer de l'indépendance et de la liberté.

  • " Que la guerre est belle ! Mensonges, tout ça. "
    Dans les tranchées de la Grande Guerre, le sergent Philippe Moreau dessine les horreurs qu'il ne peut dire. Son chef, le sous-lieutenant Guillaume de Kostrowitzky, écrit des articles, des lettres et des poèmes qu'il signe du nom de Guillaume Apollinaire. La guerre, comme une muse tragique, fascine l'auteur d'Alcools. Pour Philippe Moreau, jeune paysan de Champagne, elle est une abomination qui a détruit à jamais son village.
    Blessés le même jour de mars 1916, les deux soldats sont évacués à l'arrière et se perdent de vue. Philippe Moreau va tout faire pour retrouver son lieutenant. Une quête qui l'entraîne jusqu'à Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, où il croise Cendrars, Picasso, Cocteau, Modigliani, Braque...
    Guillaume Apollinaire est mort il y a tout juste cent ans. À travers le regard attendri et critique d'un sacrifié de la Grande Guerre, Xavier-Marie Bonnot raconte avec puissance les dernières années de la vie de l'auteur du Pont Mirabeau.

  • À la manière du Confiteor de Jaume Cabré, une fresque érudite aux dimensions épiques qui transcende l'espace et le temps. À la fois drôle et sombre, une folle prouesse littéraire, mêlant les voix de quatre-vingts personnages, réels ou fictifs : un roman total qui dévoile la Grande Guerre comme on ne l'avait encore jamais lue.
    " Il y aura une guerre, une grande guerre... " Quelques mots, prophétiques, prononcés par un mort : l'archiduc François-Ferdinand lui-même.
    Des rues de Paris où Cocteau se gave de pâté par peur d'être réformé, aux marchés d'Istanbul où le vieux Mehmed Yildiz voit ses trois apprentis bien-aimés partir au front, la mobilisation est lancée.
    Depuis les profondeurs de l'Atlantique où des monstres terrifiants accompagnent un sous-marin jusqu'aux cieux méditerranéens où vole un peintre raté qui s'est juré de tuer Picasso, la folie meurtrière gagne les esprits.
    Sur la scène d'un opéra en Allemagne, dans le palais du tsar, dans les cabarets londoniens, dans les villages arméniens, dans les tranchées de Verdun, la guerre s'insinue, partout.
    Cinq années de guerre dans l'Europe tout entière, l'agonie d'une Belle Époque et l'avènement d'un monde nouveau, marqué par un doute : que l'humanité, désormais, ne soit plus capable que du pire.

  • Derrière la colline

    Xavier Hanotte


    Une réflexion poignante sur la destinée, l'identité, l'amour déçu et cette Grande Guerre qui n'en finit pas de jeter sur les siècles les lueurs et les ombres d'une folie toujours prête à ressurgir. Une redécouverte. Avec une préface de Philippe Claudel, juré du prix Goncourt.

    Deux soldats britanniques, engagés volontaires dans la sanglante guerre de 14-18, vont faire ensemble l'apprentissage des tranchées. Mais cette Grande Guerre est-elle bien la leur ? À travers le récit d'un des deux camarades, Derrière la colline propose une formidable évocation du quotidien et de l'horreur des temps. C'est aussi un roman poignant sur la destinée, l'identité, l'amour déçu et l'amitié, qui nous rappelle que la Première Guerre mondiale n'en finit pas de jeter sur notre siècle les ombres d'une folie toujours prête à ressurgir. L'écriture de Xavier Hanotte y mêle harmonieusement souci du détail, échappées poétiques, réalisme impitoyable et vertige onirique.
    " La fiction est une fleur qui pousse sur un charnier. Par sa poésie, elle apaise les blessures. Elle rend grâce aux tourments, aux hommes perdus, aux vies gâchées. "

    Philippe Claudel, préface


    Né en 1960 en Belgique, Xavier Hanotte vit à Bruxelles. Ses romans, Manière noire (1995), De secrètes injustices (1998), Derrière la colline (2000), Les Lieux communs (2002), Ours toujours (2005), Le Couteau de Jenufa (2008), Des feux fragiles dans la nuit qui vient (2010), ainsi que son recueil de nouvelles L'Architecte du désastre (2005), tous publiés chez Belfond, ont été unanimement salués par la critique.

  • Bohemian flats

    Mary Relindes Ellis

    Après le succès de
    Wisconsin, le nouveau roman de Mary Relindes Ellis. Au tournant du xxe siècle, d'une petite ville bavaroise engoncée dans son obscurantisme aux opportunités du grand Midwest américain, la passionnante aventure de trois jeunes gens en quête de liberté ; une magnifique réflexion sur le déracinement, la transmission de la mémoire familiale et la cohabitation des cultures.
    Au pied de Minneapolis, sur la rive du Mississippi, se dressent de petites baraques de bois connues sous le nom de Bohemian Flats. C'est là, dans un joyeux chaos, que des migrants venus des quatre coins d'Europe, Tchèques, Irlandais, Finlandais ou encore Russes, échangent leurs histoires, partagent leurs coutumes, et s'épaulent sur le chemin laborieux du grand rêve américain.
    Parmi eux, Albert et Raimund Kaufmann et leur amie d'enfance, Magdalena Richter, aspirent à un avenir plus libre, loin d'une Allemagne moyenâgeuse et intolérante.
    Mais la Première Guerre mondiale éclate, et avec elle s'envole la belle harmonie qui régnait dans les Flats. Rattrapés par leur identité allemande, Albert, Raimund, Magdalena et leurs enfants vont être confrontés au passé douloureux de la famille, et à des secrets qu'ils croyaient enterrés pour toujours.

  • Dans l'Angleterre meurtrie des années 1920, un ancien officier enquête sur une terrible tragédie familiale. Labyrinthe de fausses pistes, femmes fatales et scandales dans l'armée britannique, un premier roman à l'atmosphère envoûtante et à l'écriture élégante. C'est une lettre qui, par un matin d'août 1921, va bousculer la vie de l'ancien officier Laurence Bartram. Un appel à l'aide de son amour de jeunesse, Mary. La jeune femme veut comprendre ce qui a conduit son frère, le capitaine John Emmett, à mettre fin à ses jours quelques mois plus tôt. Interné depuis son retour du front, John semblait pourtant aller mieux. Et si Laurence pouvait lui apporter des réponses ? Après tout, les deux hommes ont partagé les mêmes horreurs en France... Secondé par Charles, dandy féru de romans policiers, Laurence joue les détectives. Et les zones d'ombre ne manquent pas : qui sont ces trois inconnus inscrits sur le testament du défunt ? Qui est cette sublime rousse qui venait lui rendre visite ? Quel lien existait entre John et un jeune soldat poète exécuté pour trahison ? Et quelle est cette malédiction qui emporte un à un les anciens camarades d'Emmett dans la tombe ? À mesure que les pièces du puzzle s'assemblent, les secrets de John se dévoilent. Mais Laurence n'est pas le seul à chercher des réponses...

  • La tour de Malvent

    Gilbert Bordes

    En 1919, Angelo Barconi revient à Malvent après onze ans d'absence. Mais, rentré de la guerre sans la moindre égratignure, il n'est pas le bienvenu dans ce village peuplé de gueules cassées. Et puis, le jour de son retour, la vieille tour qui domine Malvent commence à émettre un sinistre mugissement... Pour certains, le bourg est la proie d'une malédiction, et ils voient là une condamnation de leurs actes passés : l'Italien serait-il revenu venger la mort de son père, qui pèse sur tous tel un honteux secret ? Le doute et la peur s'installent, mêlés de jalousie, lorsque les habitants de Malvent découvrent qu'Angelo n'a pas oublié Marie, son premier amour. Or Marie elle non plus n'a jamais cessé de penser au bel Italien, mais elle n'est plus libre : mère d'une petite fille de dix ans, elle est à présent l'épouse d'un grand blessé de guerre. Entre raison et sentiments, la jeune femme pourra-t-elle infliger une souffrance de plus à son mari pour se donner à l'homme qu'elle aime et à qui tout sourit ? Gilbert Bordes a été instituteur puis journaliste, avant de se consacrer à l'écriture. Membre de l'école de Brive, il a obtenu le prix RTL Grand Public avec La Nuit des hulottes, et le prix des Maisons de la Presse avec Le Porteur de destin. La Maison des Houches, Le Chant du papillon et Le Cri du Goéland, tous parus chez Belfond, ont été des succès.


  • Mata Hari, la fameuse danseuse-espionne, brisa bien des coeurs et fit couler beaucoup d'encre. Mais qui se cache vraiment derrière les voiles de cette Shéhérazade des nuits parisiennes que perdit sa passion pour les officiers en uniforme et à galons dorés ?

    " Embrassez-moi vite et laissez-moi. Mettez-vous sur ma droite. Je regarderai de votre côté. Adieu. " Tels sont les derniers mots que prononça Mata Hari avant d'être livrée au peloton d'exécution dans les fossés de Vincennes, à l'aube du 15 octobre 1917.
    La jeune femme fantasque née aux Pays-Bas sous le nom de Margaretha Zelle Mac Leod voyait ainsi le terme d'un parcours aventureux qui l'avait menée de pays en pays et d'homme en homme. D'esprit romanesque et sans peur, elle s'était choisi un nom d'emprunt et une carrière de " danseuse sacrée " absolument usurpés dont les résonnances exotiques séduisirent le tout-Paris mondain d'avant 1914. La grande guerre allait être l'apogée et la perte de cette créature romanesque, espionne maladroite et ingénue dont le mérite essentiel est d'avoir construit de son vivant sa propre légende. Anne Bragance déroule avec talent le roman mythique que fut sa vie, mais dont l'ultime chapitre, hélas, lui échappa.
    Mettant à jour les ressorts psychologiques susceptibles d'éclairer la trajectoire étonnante de la danseuse-espionne, l'auteur fait certes dans ce livre oeuvre de biographe avec un respect absolu de la vérité, mais également de romancière avec tout le talent qu'on lui connaît.

empty