Littérature traduite

  • Ken Follett nous plonge dans l'une des périodes les plus captivantes et les plus violentes de l'Histoire... La grande aventure du XXe siècle, telle que personne ne l'a jamais racontée. En 1911, les grandes puissances vivent leurs derniers instants d'insouciance. Bientôt la guerre va déferler sur le monde... De l'Europe aux États-Unis, du fond des mines du pays de Galles aux antichambres du pouvoir soviétique, en passant par les tranchées de la Somme, cinq familles vont se croiser, s'unir, se déchirer, au rythme des bouleversements de l'Histoire. Passions contrariées, rivalités et intrigues, jeux politiques et trahisons... Cette fresque magistrale explore toute la gamme des sentiments humains à travers le destin de personnages exceptionnels, visionnaires et ambitieux... Billy et Ethel Williams, Lady Maud Fitzherbert, Walter von Ulrich, Gus Dewar, Grigori et Lev Pechkov vont braver les obstacles et les peurs pour s'aimer, pour survivre, pour tenter de changer le cours du monde.Entre saga historique et roman d'espionnage, drames amoureux et lutte des classes, ce premier volet du Siècle raconte une vertigineuse épopée où l'aventure et le suspense rencontrent le souffle de l'Histoire...

  • " Il faut lire ce texte inédit, magnifique de nostalgie. " François-Guillaume Lorrain, Le Point.
    Publiés dans la presse allemande entre août 1914 et août 1918, les textes réunis ici - articles, manifestes et reportages - montrent l'évolution de la pensée de Stefan Zweig. On y découvre que ses positions pendant la Grande Guerre sont mouvantes : elles ont changé l'homme et transformé l'artiste, lui donnant une épaisseur qu'il n'avait pas. D'abord humaniste, il se laisse emporter, comme bien d'autres, par un élan patriotique quasi mystique. Puis il rejoint peu à peu les idées pacifistes de son ami Romain Rolland, après avoir constaté les horreurs " réelles " de la guerre. En 1918, Zweig signe un texte saisissant, " Éloge du défaitisme ", où il cherche à résister au " bourrage de crâne " qui s'exerce sans relâche sur les consciences individuelles.Un siècle après, son appel à la résurrection de l'esprit et de l'Europe retentit avec plus de force que jamais.

  • Churchill

    Andrew Roberts

    • Perrin
    • 27 Août 2020

    La meilleure biographie de Churchill, abondée de documents inédits.De Churchill, croit-on, tout a été dit - en premier lieu par lui-même. Et pourtant, Andrew Roberts est parvenu à exhumer des articles de presse, des correspondances privées, des journaux intimes - le moindre n'étant pas celui du roi Georges VI, jusque-là sous clé - qui ne figurent dans aucune des mille biographies environ déjà consacrées à ce personnage essentiel de la Grande-Bretagne et du XXe siècle. Tout cela lui permet de proposer un récit extrêmement enlevé, fondé sur une abondance de citations désormais " classiques ", mais également souvent peu connues voire inédites qui apportent une éclairage parfois convergent, parfois contrasté sur l'homme Churchill. Démêlant le vrai du faux, tordant le cou aux nombreux mythes voire aux calomnies qui lui collent à la peau, mais relevant les critiques justifiées dont il est loin d'être exempt, Roberts brosse avec maestria le portrait de ce " Vieux Lion " dont toute la vie avant 1940 n'a fait que préparer le grand oeuvre que demeurent ses années de guerre.
    Il livre là ce qui est sans doute la meilleure biographie de ce géant de l'histoire.

  • À propos de son précédent roman Le Faiseur d'anges :
    Glaçant et brillant ! - Nathalie Six, Le Figaro Littéraire

    En virtuose de la construction romanesque, méticuleusement, il affine le rythme et épouse la perception. - Nils C.Ahl, Le Monde des livres

    " Le lait est plus épais que le sang. "
    Londres, à l'aube de la Première Guerre mondiale. John Patterson refuse de s'enrôler, faisant fi du patriotisme et de l'effervescence populaire, contrairement à son meilleur ami Martin Bromley. Bercé par Keats et Thackeray, John, insatiable lecteur, veut étudier la littérature anglaise et se complaît dans cet univers aux antipodes de la violence du conflit. Mais celle-ci se rappelle brutalement à lui lorsque le père de John, facteur, ne se résout pas à donner à Mme Bromley la lettre l'informant de la mort de son fils.
    En France, sur le front. John est finalement appelé à rejoindre les rangs de l'armée. Il découvre que Martin n'est pas mort en héros comme annoncé, mais qu'il a été exécuté par ses supérieurs. Doit-il révéler la vérité à Mme Bromley avant de partir pour une opération où il pourrait y laisser la vie ?
    Courrier des tranchées est un roman sur le mensonge, les illusions et les faux-semblants. Portrait documenté d'une sombre période, où les notions de courage et de lâcheté paraissent soudain floues, Stefan Brijs raconte le gouffre entre l'exaltation de la guerre et son effroyable réalité. En virtuose de la construction romanesque, il donne chair à des personnages sidérants de justesse, emportés par intrigue ingénieuse qui surprendra le lecteur jusqu'à la dernière page.

  • Avant la tourmente

    Anne Perry

    En ce magnifique mois de juin 1914 à Cambridge, les journées s'étirent, ensoleillées, intemporelles. Mais pour Joseph Reavley, professeur à St. John, cet été idyllique est anéanti par la mort de ses parents dans un accident de voiture. En lui annonçant l'horrible nouvelle, son frère Matthew, agent des services secrets britanniques, lui révèle que leur père lui apportait justement un mystérieux document...Les deux frères se mettent alors en quête de ce fameux dossier concernant un sinistre complot, et rejoignent leurs soeurs Hannah et Judith dans la demeure familiale.
    Reine incontestée du polar victorien, Anne Perry nous invite, dans cette ambitieuse série, dont Avant la tourmente est le premier opus, à partager le destin de cette famille alors que la Première Guerre mondiale ravage toute l'Europe.
    " Brillamment présenté, ingénieusement développé et truffé d'insinuations politiques qui reflètent chaque échelon de la société anglaise. "
    The New York Times

  • " Ce recueil s'inspire de mon expérience d'agent secret pendant la guerre, mais remaniée au service de la fi ction. Car la réalité est un piètre conteur. Elle entame ses récits au petit bonheur, en général bien avant le début de l'action, marche à l'aventure et décroche avant d'avoir dénoué les fi ls de l'intrigue... " Somerset Maugham a démontré, avant Ian Fleming et John Le Carré, que littérature et espionnage pouvaient faire excellent ménage. Somptueusement écrites, riches de descriptions et de poésie, ces nouvelles nous emmènent d'un pays à l'autre de l'Europe en guerre, brossant au passage des portraits corrosifs et drôles des personnages qu'Ashenden croise au gré de ses aventures, et qui tous - ou presque - se révèlent être des espions. Après Les Trois Grosses Dames d'Antibes et Madame la Colonelle, ce troisième volume de nouvelles est l'occasion de retrouver l'univers anticonformiste et cosmopolite de Maugham, le plus français des grands écrivains anglais du XXe siècle. " Conteur hors pair, Somerset Maugham a poussé le genre de la nouvelle jusqu'à la perfection. " Le Monde

  • A dix-neuf ans, Annabelle Worthington a tout pour être heureuse. Issue de la haute société new-yorkaise, elle a grandi au sein d'une famille unie et aimante. Mais, en avril 1912, un terrible malheur frappe les siens : son père et ses frères périssent dans le naufrage du Titanic. Pour oublier son chagrin, la jeune fille travaille bénévolement dans les hôpitaux et découvre sa vocation : la médecine. En épousant son meilleur ami, Annabelle pense enfin renouer avec le bonheur. Mais Josiah lui a caché son homosexualité. Trahie et déshonorée, Annabelle fuit New York et embarque pour la France, afin de soigner les soldats blessés sur le front. Son destin est en marche...

  • À la manière du Confiteor de Jaume Cabré, une fresque érudite aux dimensions épiques qui transcende l'espace et le temps. À la fois drôle et sombre, une folle prouesse littéraire, mêlant les voix de quatre-vingts personnages, réels ou fictifs : un roman total qui dévoile la Grande Guerre comme on ne l'avait encore jamais lue.
    " Il y aura une guerre, une grande guerre... " Quelques mots, prophétiques, prononcés par un mort : l'archiduc François-Ferdinand lui-même.
    Des rues de Paris où Cocteau se gave de pâté par peur d'être réformé, aux marchés d'Istanbul où le vieux Mehmed Yildiz voit ses trois apprentis bien-aimés partir au front, la mobilisation est lancée.
    Depuis les profondeurs de l'Atlantique où des monstres terrifiants accompagnent un sous-marin jusqu'aux cieux méditerranéens où vole un peintre raté qui s'est juré de tuer Picasso, la folie meurtrière gagne les esprits.
    Sur la scène d'un opéra en Allemagne, dans le palais du tsar, dans les cabarets londoniens, dans les villages arméniens, dans les tranchées de Verdun, la guerre s'insinue, partout.
    Cinq années de guerre dans l'Europe tout entière, l'agonie d'une Belle Époque et l'avènement d'un monde nouveau, marqué par un doute : que l'humanité, désormais, ne soit plus capable que du pire.

  • Bohemian flats

    Mary Relindes Ellis

    Après le succès de
    Wisconsin, le nouveau roman de Mary Relindes Ellis. Au tournant du xxe siècle, d'une petite ville bavaroise engoncée dans son obscurantisme aux opportunités du grand Midwest américain, la passionnante aventure de trois jeunes gens en quête de liberté ; une magnifique réflexion sur le déracinement, la transmission de la mémoire familiale et la cohabitation des cultures.
    Au pied de Minneapolis, sur la rive du Mississippi, se dressent de petites baraques de bois connues sous le nom de Bohemian Flats. C'est là, dans un joyeux chaos, que des migrants venus des quatre coins d'Europe, Tchèques, Irlandais, Finlandais ou encore Russes, échangent leurs histoires, partagent leurs coutumes, et s'épaulent sur le chemin laborieux du grand rêve américain.
    Parmi eux, Albert et Raimund Kaufmann et leur amie d'enfance, Magdalena Richter, aspirent à un avenir plus libre, loin d'une Allemagne moyenâgeuse et intolérante.
    Mais la Première Guerre mondiale éclate, et avec elle s'envole la belle harmonie qui régnait dans les Flats. Rattrapés par leur identité allemande, Albert, Raimund, Magdalena et leurs enfants vont être confrontés au passé douloureux de la famille, et à des secrets qu'ils croyaient enterrés pour toujours.

  • Depuis quatre ans, la Grande Guerre ravage l'Europe. Quatre longues années pendant lesquelles la famille Reavley a payé un lourd tribut à la barbarie. Engagés au front, ou oeuvrant à l'arrière dans l'ombre des services secrets, Joseph, Hannah, Judith, et Matthew ont tous la même obsession : retrouver l'insaisissable Pacificateur, machiavélique auteur d'un complot international et commanditaire du meurtre de leurs parents. Lorsqu'un de ses collaborateurs en Allemagne décide de se rendre, ils croient toucher enfin au but. Réunis à Ypres où les combats font rage, alors que l'heure de l'armistice approche, les Reavley doivent convoyer le précieux émissaire, blessé, jusqu'à Londres, mais un meurtre atroce est commis, remettant tous leurs projets en question. Sous les obus, la famille Reavley sert les rangs avec l'espoir de voir la fin d'un cauchemar qui les a marqués à jamais. Mais nul n'en sortira indemne...

  • En 1916, l'Europe toute entière s'est embourbée dans la Grande Guerre. Tandis que la famine menace l'Angleterre, la famille Reavley continue de subir dans sa chair les horreurs de la guerre : Joseph, aumônier sur le front des Flandres, est rapatrié dans son village natal de St Giles après avoir été grièvement blessé. Là, il retrouve son frère Matthew, membre des services de contre-espionnage et Hannah, sa soeur, qui prend en main sa convalescence. Depuis deux ans, ils traquent le Pacificateur, un personnage mystérieux et haut placé qui se cache derrière un complot international et l'assassinat de leurs parents. Tandis que Matthew enquête auprès d'une séduisante agent double Irlandaise, Joseph découvre le quotidien d'un pays en guerre loin du front. Mais, même à St Giles, la paix n'est pas au rendez-vous...
    Anne Perry nous entraîne dans le bruit et la fureur de la Grande Guerre et signe avec cette troisième aventure de la famille Reavley, un tableau bouleversant d'une des plus grandes tragédies de l'histoire contemporaine.

  • Vous trouverez dans cet ouvrage neuf lettres de guerre, écrites par Rudyard Kipling à André Chevrillon, grand voyageur, agrégé d'anglais, essayiste et proche ami de l'écrivain. Kipling s'y interroge sur la psychologie nationale anglaise en analysant la foi de cette armée composée de volontaires. Cette correspondance nous permet de mieux connaître l'homme, dans une sorte d'autobiographie imprévue.
    Sont également réunies ici trois études intitulées La Poésie de Rudyard Kipling. Un conte qui tient aussi du reportage, " la guerre en montagne ", traite du conflit sur le front italo-autrichien et souligne le talent d'ethnographe de l'auteur. Enfin, un court essai de Thérèse Bentzon, " L'armée anglaise peinte par Kipling ", datant de 1900, offre une synthèse sur l'oeuvre et la personnalité de Kipling, ainsi que sur l'empire et l'armée britanniques.
    Par leur grande variété d'analyse, ces textes regroupés pour la première fois ici mettent en valeur les talents d'observateur du célèbre conteur.
    Édition présentée et annotée par Lucien d'Azay

  • 100 ans, c'est le temps qu'il aura fallu pour exhumer, ici, des documents secrets, conservés au Vatican et à Bruxelles. Ces derniers révèlent que le Saint-Siège était miné de l'intérieur dès le début de la guerre, et qu'à partir de l'année 1915, à Rome, u

  • Dans l'Angleterre meurtrie des années 1920, un ancien officier enquête sur une terrible tragédie familiale. Labyrinthe de fausses pistes, femmes fatales et scandales dans l'armée britannique, un premier roman à l'atmosphère envoûtante et à l'écriture élégante. C'est une lettre qui, par un matin d'août 1921, va bousculer la vie de l'ancien officier Laurence Bartram. Un appel à l'aide de son amour de jeunesse, Mary. La jeune femme veut comprendre ce qui a conduit son frère, le capitaine John Emmett, à mettre fin à ses jours quelques mois plus tôt. Interné depuis son retour du front, John semblait pourtant aller mieux. Et si Laurence pouvait lui apporter des réponses ? Après tout, les deux hommes ont partagé les mêmes horreurs en France... Secondé par Charles, dandy féru de romans policiers, Laurence joue les détectives. Et les zones d'ombre ne manquent pas : qui sont ces trois inconnus inscrits sur le testament du défunt ? Qui est cette sublime rousse qui venait lui rendre visite ? Quel lien existait entre John et un jeune soldat poète exécuté pour trahison ? Et quelle est cette malédiction qui emporte un à un les anciens camarades d'Emmett dans la tombe ? À mesure que les pièces du puzzle s'assemblent, les secrets de John se dévoilent. Mais Laurence n'est pas le seul à chercher des réponses...


  • Racontée par lui-même, l'incroyable épopée vécue pendant la Première guerre mondiale par un aventurier qui fut aussi un excellent espion et un grand écrivain

    Plus que Les Sept Piliers de la sagesse (1922), l'oeuvre la plus connue de T. E. Lawrence, c'est ce texte, Révolte dans le désert, qui a servi de scénario au film culte de David Lean, Lawrence d'Arabie. Sans les développements philosophiques qui rendent parfois difficile la lecture des Sept piliers, ce récit autobiographique publié en 1922 privilégiait les actes, les rencontres, la souffrance et l'exaltation... De page en page, l'auteur raconte comment, d'agent au Service des renseignements militaires britannique, il est devenu "Lawrence d'Arabie" : en parlant leur langue aux émirs bédouins, en réussissant la traversée du désert du Nefoud, en attaquant Akaba aux côtés les tribus arabes unifiées, en harcelant des troupes ottomanes jusqu'à la conquête de Damas et la tragique déception : les diplomates refusaient de tenir les promesses que lui, "Aurens", avait fait à ses camarades de combat. Ecrits dans une langue magnifique où courent le vent de l'épopée et la tristesse d'un guerrier désenchanté, ces souvenirs forment un roman vrai incomparable.

  • Avec Keegan, la bataille perd son ordonnancement de livre d'histoire pour peser son poids de sang et de volonté. Un livre fondateur devenu un classique servi par une nouvelle traduction. Loin, comme ses prédécesseurs, de décrire la bataille telle qu'elle est jugée d'en haut, à la manière de l'état-major, Keegan, certainement le plus grand historien de la guerre au monde, la restitue par le bas, telle qu'elle est vécue par les soldats.
    Ici, trois batailles sont décortiquées, Azincourt (1415), Waterloo (1815), La Somme (1916). Elles permettent de comprendre comment la guerre est perçue et vécue par la troupe, que l'on doive résister à une pluie de flèches, tenir face à une charge de cavalerie ou vivre le cauchemar d'un pilonnage d'artillerie.
    Si, aujourd'hui, aucun historien ne songerait à penser la guerre uniquement d'un point de vue stratégique et non avant tout comme une phénomène humain, c'est grâce à ce livre pionnier et incontournable. La nouvelle traduction lui rend toute sa puissance.

  • De Verdun à Bologne, de Paris à Santa Monica, une grande fresque sur les amours qui s'épanouissent dans l'ombre des absents.
    1921. Tom, originaire de Chicago, travaille à l'ossuaire de Verdun. Un jour, il rencontre Sarah, Américaine partie sur les traces de son mari porté disparu. Dans cette petite ville défigurée par l'horreur, les deux déracinés vont vivre la passion la plus forte : celle qui s'épanouit dans l'ombre d'un absent. Des mois plus tard, Tom et Sarah se retrouvent devant un hôpital psychiatrique de Bologne, où un soldat amnésique donne espoir à bon nombre d'endeuillés. Dans l'Italie sous tension, Tom et Sarah font la connaissance de Paul, journaliste autrichien que le cas de l'amnésique intéresse aussi. Chacun d'eux a un secret.
    1950. À Santa Monica, Tom, devenu scénariste, mène une existence paisible mais morne. Lors d'une soirée à Los Angeles, il recroise Paul. Les souvenirs remontent, fulgurants, et brisent avec eux tous les mensonges passés.

  • "Anti-nationaliste, anti-héroïque, humaniste [...]. Un livre lumineux écrit à une époque sombre." Frankfurter Allgemeine ZeitungSchlump n'a pas dix-sept ans lorsque la Première Guerre mondiale éclate. Malgré son jeune âge, il se porte volontaire. Envoyé en France dans une petite commune occupée par les Allemands, il est chargé d'administrer la vie de plusieurs villages.
    Mais la guerre n'a pas seulement besoin de bureaucrates. Schlump doit rejoindre le front. Crasse, maladie, désespoir, déluge de feu... Le jeune soldat découvre l'enfer des tranchées, l'hôpital, puis les séjours plus paisibles dans les campagnes françaises. Il y croise des filles en mal d'amour, des planqués, des profiteurs, mais aussi des compagnons de misère qui tentent de survivre alors que l'armistice tarde à venir.
    Paru en 1928, peu de temps avant
    A l'Ouest rien de nouveau d'Erich Maria Remarque,
    Schlump a été d'emblée considéré comme un ouvrage pacifiste, d'une immense valeur littéraire et humaine. Brûlé par les nazis dès 1933, puis tombé dans l'oubli, sa redécouverte est aujourd'hui fondamentale.

empty