• « Ce livre parle avant tout d'amour : le grec ancien a été l'histoire la plus longue et la plus belle de toute ma vie. Peu importe que vous connaissiez le grec ou non. Si c'est le cas, je vous dévoilerai des caractéristiques de cette langue dont personne ne vous a parlé au lycée, quand on vous demandait d'apprendre par coeur conjugaisons et déclinaisons. Si ce n'est pas le cas, c'est encore mieux. Votre curiosité sera comme une page blanche à remplir. Qui que vous soyez, cette langue recèle des manières de s'exprimer qui vous permettront de vous sentir chez vous, de formuler des mots et des idées qui ne trouvent pas d'expression exacte dans notre langue. » Le grec est une langue géniale : voici neuf bonnes raisons d'en tomber
    éperdument amoureux.
    Andrea Marcolongo est helléniste, diplômée de l'Università degli Studi de Milan. Elle a beaucoup voyagé et a vécu dans dix villes différentes, dont Paris, Dakar, Sarajevo et Livourne aujourd'hui. Elle a travaillé comme plume auprès de personnalités politiques. Comprendre le grec a toujours été pour elle le problème à résoudre et elle lui a dédié une bonne partie de ses nuits d'insomnies.

  • Nouvelles

    Anton Tchekhov

    Six nouvelles de Tchekhov écrites entre 1884 et 1887, regroupées autour du thème "frissons et crime".0500 1860-1904 Nouvelles présentées par Cathrine Emery Après une enfance difficile, Tchekhov entreprend des études de médecine et publie, à partir de 1880, des nouvelles dans différents journaux humoristiques. Maître de la nouvelle brève (il en a écrit plus de cent), Tchekhov a également révolutionné le théâtre russe (Oncle Vania,La Mouette,Les trois soeurs,La Cerisaie...). Le présent recueil propose six nouvelles regroupées autour du thèmes "frissons et crimes".

    > L'allumette suédoise > Nuit d'angoisse > Fort de café > Vengeance > Imprudence > Drame - une traduction fidèle et intégrale, accompagnée de nombreuses notes ;
    - une méthode originale de perfectionnement par un contact direct avec les oeuvres d'auteurs étrangers.03006 nouvelles:
    - L'allumette suédoise (1885) - Nuit d'angoisse (1884) - Fort de café (1885) - Vengeance -1886) - Imprudence (1887) - Le drame (1887)

  • Cet autre

    Ryszard Kapuscinski

    Mêlant réflexions philosophiques et regard du reporter, de l'homme-monde, Kapuscinski livre ici un texte fort, incarné et ambitieux.0300 À travers le prisme de ses rencontres en Afrique, en Asie et en Amérique latine, Kapu´sci´nski observe la vision qu'a cultivée l'Occident du monde au-delà des frontières européennes, de l'Antiquité à aujourd'hui. Il examine ainsi le regard porté par nos sociétés sur les habitants du Sud, toujours considérés comme des étrangers hostiles, objets d'étude plus que partenaires assumant pleinement la responsabilité du destin de l'Homme.
    Dans un monde de plus en plus globalisé et de plus en plus polarisé, Kapu´sci´nski démontre à quel point l'idée de l'Autre demeure un défi permanent pour l'esprit humain.0300 À travers le prisme de ses rencontres en Afrique, en Asie et en Amérique latine, Kapu´sci´nski observe la vision qu'a cultivée l'Occident du monde au-delà des frontières européennes, de l'Antiquité à aujourd'hui. Il examine ainsi le regard porté par nos sociétés sur les habitants du Sud, toujours considérés comme des étrangers hostiles, objets d'étude plus que partenaires assumant pleinement la responsabilité du destin de l'Homme.
    Dans un monde de plus en plus globalisé et de plus en plus polarisé, Kapu´sci´nski démontre à quel point l'idée de l'Autre demeure un défi permanent pour l'esprit humain.

  • Esiècle0500Le songe d´un homme ridiculeL´envie de dormirLe rêveTrois mortsLa sérieBILINGUEpropose :une traduction fidèle et intégrale, accompagnée de nombreuses notes ;une méthode originale de perfectionnement par un contact direct avec les oeuvres d'auteurs étrangers.0300Le songe d´un homme ridicule(Dostoïevski) : Ce récit fantastique évoque le rêve du paradis sur terre, suivi de la chute. A son réveil, l´« homme ridicule » est régénéré par la vision de la vérité -la fraternité humaine- qui lui est apparue en songe.L´envie de dormir(Tchekhov) : Selon Tolstoï, une des meilleures nouvelles de Tchekhov. Le drame d´une petite bonne d´enfants d´une douzaine d´années : accablée de travaux par sa patronne, exténuée par ses tâches incessantes, elle finit pas étouffer l´enfant dont elle a la charge afin de pouvoir dormir.Le rêve(Tourgueniev) : Cette nouvelle illustre parfaitement les obsessions qui ont hanté Tourgueniev tout au long de sa vie : rapport privilégié mais difficile à la mère, peur de la sexualité, angoisse de l´impuissance...Trois morts(Tolstoï) : Trois êtres meurent : une dame de la noblesse, un paysan, un arbre. La dame a du mal à accepter la mort. Le paysan meurt tranquillement, sachant que c'est la loi de la nature. La mort de l'arbre est empreinte de beauté, et la nature alentour continue à vivre joyeusement. Tolstoï veut montrer ici l'hypocrisie des classes sociales, et que seul l'homme proche de la nature est véridique.

  • Toute la magie de la mythologie dans votre poche ! Les dieux et les héros de la mythologie grecque et romaine font partie des fondements de notre culture et ont constitué à travers les époques une grande source d'inspiration pour les peintres, les compositeurs, les hommes politiques, les penseurs, etc. Si bien que pour certains, ils font partie de la langue courante, de notre quotidien. Avec ce petit livre, rafraîchissez-vous la mémoire et faites plus ample connaissance avec 100 dieux et héros de la mythologie gréco-romaine à travers des portraits clairs et concis, classés par ordre alphabétique. D'Achille à Zeus (ou Jupiter), en passant par Ulysse, Minerve, Oedipe ou Hercule, tous les dieux et héros de la mythologie n'auront bientôt plus de secrets pour vous !

  • Loin de son oeuvre toute de mesure et d'élégance, découvrez la face cachée du plus grand écrivain russe à travers son journal secret, écrit jusqu'à la veille de son ultime duel. Une mise à nu vertigineuse où le poète nous dévoile les secrets de son âme obsédée par la chair et la mort.Préface de Jean-Jacques Pauvert.

    « Les livres et les femmes se ressemblent. Il m'en faut beaucoup. Ouvrir un livre, c'est comme écarter les jambes d'une femme, la connaissance se dévoile sous vos yeux. J'aime les femmes et les femmes m'aiment en retour. J'aime la poésie et la muse est folle de moi. » À la veille d'un duel qu'il pressent fatal, le plus grand poète russe se met à nu, libéré de toute contrainte, dans un texte sulfureux dont il sait qu'il ne pourra être publié que bien après sa mort, quand la censure cessera de sévir en Russie.
    Confessions intimes érotiques et tragiques, où l'écrivain nous révèle des détails inconnus sur l'homme, les difficultés de sa vie maritale aux côtés d'une épouse très belle et trop courtisée, ses relations complexes avec le Tsar Nicolas Ier, protecteur généreux et censeur d'autant plus sévère, et surtout sa passion pour les femmes ? plus forte encore que celle, légendaire, pour le jeu ?, qui le conduira à sa fin tragique?
    Séducteur insatiable, amant de ses belles-soeurs aussi bien que de catins racolées dans les rues de Saint-Pétersbourg, organisateur d'orgies dont il expose en détail le cérémonial, sa vénération pour le sexe féminin lui fait multiplier les aventures comme un saint homme qui visiterait toutes les églises pour mieux prier Dieu.
    Avec le stakhanovisme du laid savourant sa revanche, lui, le nain au visage de singe marié à une déesse, Pouchkine ne trouve de plaisir que dans la variété. Mais l'époux adultère et libertin ne supporte pas les écarts de sa femme. Et quand elle se prête aux jeux érotiques du Tsar, ou sourit aux oeillades de d'Anthès, un jeune baron français qui fait sensation à la cour, Pouchkine se laisse dévorer par la jalousie. Il va alors causer peu à peu sa propre perte jusqu'à provoquer en duel d'Anthès dont il pressent qu'il sera sa Némésis, envoyé par Dieu pour le punir.

    « Je pousse tout à l'extrême et cette voie me mène à l'autodestruction. »

  • Vous envisagez de voyager en Russie ? Vous avez besoin de connaître les rudiments de la langue pour tourisme ou pour affaire ? Vous aimeriez pouvoir déchiffrer les caractères cyrilliques sans peine pour vous repérer sur place ? Alors ce guide de conversation est fait pour vous.Vous trouverez dans ce livre les bases grammaticales, le vocabulaire adapté à tout type de situations, les expressions clés et la transcription phonétique simplifiée du russe pour pouvoir vous exprimer et vous faire comprendre en un clin d'oeil.

  • David est un accro de la mythologie grecque depuis qu'il est adolescent, qu'il en a commencé la lecture et découvert ce monde étrange et fantastique. A présent qu'il est professeur d'histoire, il décide de raconter cet univers à ses lycéens. Mais voilà, rien ne se passe tout à fait comme il l'avait prévu.

  • Baignant depuis sa prime jeunesse dans la littérature grecque ancienne, archaïque et classique, Bernard Deforge s'est toujours amusé à dire qu'il était un Grec ancien dans le monde d'aujourd'hui. Mais voici qu'il s'est tout récemment demandé ce qu'il entendait par là. Était-ce une simple formule, une boutade, un clin d'oeil ? Était-ce une vérité ? L'objet de ce livre est de répondre à cette question. Pour y parvenir il a revisité quelques grands textes qui vivent en lui, et singulièrement les oeuvres d'Homère, d'Hésiode, des Tragiques, de Pindare, de Platon, mais aussi d'Aristophane. Ce faisant il les a confrontés aux grandes questions d'aujourd'hui qui, comme ses contemporains, le taraudent. Le lecteur aura dans ces pages non seulement le plaisir de retrouver la beauté de ces grands textes, mais il constatera aussi la permanente pertinence des questionnements des vieux Grecs. Quant aux réponses qui leur sont données à travers le regard foncièrement iconoclaste et politiquement incorrect de l'auteur, il jugera par lui-même et réagira in petto. Pensera-t-il que Bernard Deforge est effectivement un ancien Grec ? un égaré dans le monde d'aujourd'hui, passant à côté du modernisme ? ou au contraire, muni du bâton des inspirés et d'un jeu de clefs antiques, un pèlerin de son temps ?

  • L'église noire se trouve dans une cité sans nom, en bord de mer.
    Ses morts ne reposent qu'une seule nuit dans le cimetière. L'espoir semble mort avec l'hiver triste et glacial. L'étranger n'est plus qu'un mirage nostalgique et intemporel. La révolution a tout balayé, elle a écrasé le passé sur son passage. Quelle révolution ? On ne sait, on suppose, on devine un ordre nouveau règne, une nouvelle classe arrogante, pleine de morgue et retorse laïque embrigade les hommes déracinés désespérés, interchangeables.
    Un homme, le narrateur, se trouve pris dans les rets de cette nouvelle vie que l'on crée, que l'on invente pour lui. La mort, le secret, l'imposture, la peur, le cimetière sont devenus son univers quotidien. Comprendre n'est plus dans son vocabulaire, accepter ou fuir est désormais pour lui la seule alternative. Mais le choix a-t-il encore un sens ?

  • Tous les textes contenus dans ce livre ont paru au préalable dans des périodiques roumains durant les années 1920 et 1921. Quatre-vingts ans plus tard, ces textes sont devenus enfin accessibles au lecteur français que visait Fondane. L'on pourrait avoir la sensation que, traduit en français, ce livre abandonne un masque pour conquérir un vrai visage. Quels auteurs Fondane a-t-il choisi de présenter à ses lecteurs, leur reconnaît-on un dénominateur commun ? À première vue, il s'agirait d'un ouvrage regroupant les auteurs de la fin-de-siècle en France : Baudelaire, Mallarmé, Huysmans, Gourmont, de Gaultier, Maurras, Gide, Jammes, Maeterlinck, Verhaeren, mais aussi Proust. En somme, il nous livre la quintessence de ce qui fermente en lui durant ces années-là. Réflexions sur la poésie, le théâtre, la critique, le roman. Ces auteurs sont ceux dont il se nourrit, qui finiront par se mêler à sa propre substance, même s'il reniera certains d'entre eux ou s'en écartera plus tard.

  • Qui a dit que la beauté était un don ? Pour Elena, c'est une véritable plaie qui la condamne à la solitude. Mannequin, elle use de ses traits parfaits dont elle paie pourtant le prix. Admirée de tous, elle ignore qu'elle est la réincarnation de la princesse grecque Psyché, dont la beauté lui valut jadis le courroux d'Aphrodite qui la condamna à mort. Après des siècles d'attentes, Eros, Dieu de l'amour, espère enfin retrouver sa promise. Mais acceptera-t-elle de reprendre sa place parmi les Dieux alors qu'elle n'a plus aucun souvenir de sa vie antérieur ?

  • Seit Grabdenkmäler auf den Gräbern errichtet wurden, hat die Vorstellung vom Tod und vom Leben nach dem Tod einen wichtigen Stellenwert in der Kunstwelt erlangt.

    Der Tod, eine unbegrenzte Inspirationsquelle, in der Künstler nach dem Ausdruck des Unendlichen suchen knnen, ist das Motiv zahlreicher mysteriser und unterschiedlicher Darstellungen. Das antike ägyptische Totenbuch, die für immer schlafenden Grabfiguren auf mittelalterlichen Gräbern sowie die Strmungen der Romantik und des Symbolismus des 19. Jahrhunderts sind der Beweis für das unaufhrliche, die Produktion von Kunstwerken zum Thema Tod und Jenseits antreibende Interesse.
    In diesem Buch untersucht Victoria Charles, wie die Kunst im Laufe der Jahrhunderte der Spiegel dieser Fragestellungen zum Jenseits geworden ist.

  • Since the first funerary statues were placed in the first sepulchres, the ideas of death and the afterlife have always held a prominent place at the heart of the art world.

    An unlimited source of inspiration where artists can search for the expression of the infinite, death remains the object of numerous rich illustrations, as various as they are mysterious. The ancient Egyptian Book of the Dead, the forever sleeping statues on medieval tombs, and the Romantic and Symbolist movements of the 19th century are all evidence of the incessant interest that fuels the creation of artworks featuring themes of death and what lies beyond it.

    In this work, Victoria Charles analyses how, through the centuries, art has become the reflection of these interrogations linked to mankind's fate and the hereafter.

  • Icon painting has reached its zenith in Ukraine between the 11th and 18th centuries. This art is appealing because of its great openness to other influences - the obedience to the rules of Orthodox Christianity in its early stages, the borrowing from Roman heritage or later to the Western breakthroughs - combined with a never compromised assertion of a distinctly Slavic soul and identity.
    This book presents a handpicked and representative selection of works from the 11th century to the late Baroque period.

  • Ikonen waren zunächst im Wesentlichen byzantinisch und später
    russisch. Dennoch wussten auch die Christen des Orients,
    insbesondere die der Balkanstaaten und der Ukraine, darin eine
    neue Annäherung an ihren Glauben zu finden.
    So entsprachen die ersten ukrainischen Ikonen den Richtlinien des
    orthodoxen Glaubens, um erst später in eine speziellere Kunst
    überzugehen.
    Ab dem 14. Jahrhundert war die Inspiration mehr rmischen als
    byzantinischen Ursprungs und enthüllte einen starken Einfluss der
    slawischen Seele.
    Obwohl sie die Vorwerke der abendländischen Kunst aufnahm,
    bewahrte die Epoche des Barock davon nicht wenige
    Besonderheiten. Dieses Werk stellt die repräsentativsten Ikonen
    vom 9. Jahrhundert bis zum Ende des Barock vor.

  • « L'iconographie chrétienne, et surtout la représentation du Christ, se base dans la doctrine de l'Incarnation. Tout comme le théologien s'exprime par la pensée, l'iconographe, à travers son art, exprime la vérité vivante, la révélation appartenant à l'Église dans la forme des traditions. Bien plus qu'aucune autre image sacrée, l'icône du Christ « non élaborée par la main de l'homme » exprime le principe dogmatique de l'iconographie. » (Père Daniel Rousseau).
    Cet ouvrage analyse l'évolution des thématiques abordées par les peintres au début de la période byzantine, à travers la Principauté de Kiev jusqu'à sa conclusion sous l'Empire russe.
    Indépendamment des techniques et des matériaux utilisés comme le bois, l'or, la tempera ou des anciens canons de l'iconographie, la représentation de la sainteté révèle une nouvelle expression de l'humanité dans chaque ère de l'Histoire.

  • Quatre nouvelles de grands auteurs russes du XIXème siècle0500 NOUVELLES traduites et présentées par Lydia Vaïsser Alexandre POUCHKINE (1799-1837) Le coup de pistolet Un duel au pistolet entre deux militaires nobles, commencé à l'armée et conclu huit ans plus tard.

    Nicola GOGOL (1809-1852) Le journal d'un fou Le tragique et surréaliste journal d'un homme qui sombre progressivement dans la folie.

    Ivan TOURGUENIEV (1818-1883) Le régisseur La visite des terres d'un noble russe par un régisseur détesté par les paysans du domaine.

    Léon TOLSTOI (1828-1910) Une âme simple L'histoire pathétique d'un jeune paysan pauvre et naïf qui passe sa dure et courte vie de labeur sans jamais se plaindre.

    La série BILINGUE propose :
    - une traduction fidèle et intégrale, accompagnée de nombreuses notes ;
    - une méthode originale de perfectionnement par un contact direct avec les oeuvres d'auteurs étrangers.0300 -Le journal d'un fou, N. GOGOL : le journal tragique et surréaliste d'un homme qui sombre progressivement dans la folie (inRécits de Saint-Pétersbourg) -Le coup de pistolet, A. POUCHKINE : le récit d'un duel au pistolet entre deux soldats nobles, commencé à l'armée et conclu huit ans plus tard (inLes récits de feu Ivan Petrovitch Belkine).

    -Le régisseur, A. TOURGUENIEV : la visite des terres d'un noble russe administrées par un régisseur aussi apprécié par son mandataire que détesté par les paysans du domaine (inMémoires d'un chasseur).

    -Une âme simple, L. TOLSTOÏ : l'histoire pathétique d'Aliocha : jeune paysan pauvre et naïf qui passe sa courte vie à travailler dur sans jamais se plaindre (inLe réveillon du jeune Tsar).

empty