• Débordant de certitudes et bardé de diplômes, Benjamin sort d'une grande école de commerce avec tout pour réussir sa vie. Sauf que les lois du marketing ne servent à rien quand il s'agit
    de séduire Astrid, la fille la plus convoitée du campus. Tout se complique encore pour lui quand, du jour au lendemain, ses parents lui coupent les vivres! Avec l'aide de son coach, Adam Thims, il se lance à la recherche d'un emploi. Du rayon poissonnerie de l'hypermarché voisin aux usines de baskets en Chine, à dos de chameau dans le désert ou dans une chambre d'hôtel avec Astrid, le jeune homme découvre la dure réalité du monde. Si seulement il n'était pas aussi naïf!
    Dans Tout va pour le mieux!, Alain Monnier transpose les aventures du Candide de Voltaire à notre époque. Le résultat : une description au vitriol de la société contemporaine, doublée d'un récit d'apprentissage désopilant.

  • Au XVIIe siècle, Molière dénonçait les faux-semblants des dévots dans son célèbre Tartuffe. Quelles hypocrisies fustigerait-il aujourd'hui ?
    C'est ce que se plaît à imaginer Alain Monnier dans ce récit aussi corrosif que désopilant.
    Chloé, jeune femme énergique et volontaire, a décidé de reprendre la ferme de son grand-père. Mais sa belle ambition se heurte aux intérêts contradictoires de ses nouveaux voisins et certains sont prêts à tout pour lui mettre des bâtons dans les roues. Devant tant de fourberie et de cupidité, notre héroïne devra s'armer de patience, de courage... et de son sens de l'humour à toute épreuve !

  • L'émotion liée aux lieux est singulière par sa force, par sa manière d'envahir, de submerger ; elle n'est pas passagère, elle dure et arrête le pas du promeneur aussi sûrement que l'obstacle sur le chemin. Elle oblige à la pause. À réfléchir. À faire corps. Elle ne ressemble à aucune des émotions de la vie quotidienne, même si elle n'est pas étrangère au saisissement esthétique, à l'engouement, au trouble mystique ou à l'intuition politique, voire à la nostalgie, au repli sur soi ou au dépit romantique.
    Cette émotion a peu à voir avec le paysage, le site ou même la conscience du territoire. Ses racines sont plutôt à chercher dans la permanence du lieu, dans son immobilisme face au temps qui passe. Mais il faut aussi que quelque événement inouï ait eu lieu dans ce paysage. Il faut pouvoir se dire « ça s'est passé là ». Là où je suis maintenant. Devant ce muret de pierres, sur ce chemin de ronde, dans cette pièce décrépite. « Ça s'est passé là » est le sésame. Ensuite, il suffit de se convaincre que le jour faiblissait avec les mêmes couleurs, que le bruissement du ruisseau emplissait pareillement la campagne, que le soleil mordait tout autant la clairière, que la façade du château s'ouvrait sur la même rue...

  • L'ultime étape de notre marche forcée vers le bonheur absolu est en vue.
    Bientôt, en renoncant à la conscience qu'il en a, aux souffrances et terreurs qu'elle provoque en lui, l'homme saura se débarasser de cet invraisemblable archaïsme qu'est la mort. Et l'humanité, enfin délivrée des forces obscures qui l'entravent depuis toujours, ira, triomphante vers sa bienheureuse ruine définitive. Cette tragédie, celle d'une umanité sans ailleurs, est aussi celle des Ordivicien, qui quatre générations durant tenteront d'échapper à ce cauchemar nommé Histoire par de pathétiques stratégies de fuite qui ne feront qu'en accélérer le cours.
    Ce roman contre-utopique ambitieux, tant par les modes de narration qu'il entrelace que par la diversité des mondes qu'il explore, mêle des destins tragiques immémoriaux aux événements historiques des XXe et XXIe siècle. La verve délirante et l'humour noir explorent ici la quête d'immoralité qui anime ceux qui sont contraints de naître des cendres de leurs pères. Alain Monnier, en jouant des contraintes narratives toujours nouvelles qu'il s'impose, éclaire, avec ce roman des légendes modernes, ce que nous pensions savoir du manque, de la solitude et de la mort.

  • Flirter avec la mort pour distraire de riches parieurs. Telle est la situation d'un homme que la détresse condamne à jouer à la roulette russe. Mais le sort le protège et son destin bascule. Pour résister à la folie qui le gagne, il lui faut remonter le cours de sa vie et se risquer à aimer l'inaccessible Loula. Cela ne suffit pas : il lui reste à s'assurer que les miracles existent. Dans ce roman qui prend la forme d'un cri, Alain Monnier continue l'exploration des marges. Une immersion troublante dans le monde ordinaire.

  • Côté jardin

    Alain Monnier

    Jacques vient de trouver la femme de sa vie : Françoise. Mais comme un malheur ne vient jamais seul, il apprend qu'elle est mariée à un homme jaloux et qu'il a un cancer. Opéré par un grand professeur qui le laisse dans un état de légume conscient, on lui dit alors qu'il n'a jamais eu de cancer et qu'il est le mari jaloux. Que croire ? Que faire ?

  • Un amour de Parpot

    Alain Monnier

    • Climats
    • 13 Février 2013

    Ça y est, Barthélémy Parpot est au travail!
    Grâce à un concours de conséquences, il a rejoint le Quota des handicapés du Ministère de l'intérieur, et fort de son contrat à durée indéterminée, le voilà plus décidé que jamais à échapper à la solitude qui fait souffrir et à trouver l'amour qui sauve.
    Au Ministère il y a la fière Elsa, belle handicapée hémiplégique, clouée dans son fauteuil roulant, assoiffée de vengeance et déterminée.
    Pour elle, il est prêt à tout. Elle le sait...

    Couverture: Berthole Dessin: Biosca

  • Signé parpot

    Alain Monnier

    Monsieur le Directeur, J'ai faim et froid, je n'ai pas d'argent, je suis logé très modestement dans un appartement et je n'arrive pas à me nourrir et me vêtir, j'aime une fille qui s'appelle Claudine Courvoisier que j'ai rencontrée aux cours du CNAM en novembre 1990 et qui n'a pas voulu me fréquenter parce que je ne travaillais pas et que je n'avais pas d'argent. Je suis vierge et je n'ai jamais eu de rapports intimes avec les femmes, et malheureux maintenant, je ne veux plus jamais d'autres femmes car j'aime à la folie cette jeune fille Claudine Courvoisier de novembre 1990. Je n'ai jamais vécu par manque d'argent et manque de travail, l'important serait que je puisse au moins avoir ma femme Claudine car dans la vie, c'est important d'avoir sa femme qui serait Claudine Courvoisier de novembre 1990, mon épouse pour la vie.
    Le premier livre de Alain Monnier, aujourd'hui réédité, est un roman noir épistolaire, d'autant plus subtilement orchestré que sans narrateur. Signé Parpot met en scène le personnage fétiche de Monnier, Barthélémy Parpot, un « simple d'esprit » naïf, pot de colle et ressasseur, qui pourrait aussi bien être une sorte de victime persécutrice particulièrement perverse...

  • Comment Barthélémy Parpot, cet éternel rêveur, va-t-il vivre son séjour à l'hôpital ? À sa façon, avec curiosité et tendresse. En écrivant des lettres à tout-va aux médecins, chercheurs, psychologues, aides sociales, Parpot va mettre des visages sur le mystérieux corps médical. Et peut-être même tomber amoureux.
    Alain Monnier convoque une nouvelle fois son alter ego pour poser son regard sur les travers et les mensonges de notre société. Ce faisant, il parle de nous, de ce qui nous fait peur, de ce qui nous unit viscéralement aux autres.

  • Qui est givrée ? Est-ce Marie l'effrontée que le sexe ennuie ? Est-ce l'histoire de cette accumulation de réfrigérateurs ? Ou notre époque de communication qui, à force de mensonges, a terrassé le sens commun ? Mais qui est givrée ? Est-ce Marie l'effrontée que le sexe ennuie ? Est-ce l'histoire de cette accumulation de réfrigérateurs ? Ou notre époque de communication qui, à force de mensonges, a terrassé le sens commun ? Quel rapport y a-t-il entre les centres d'appel et la paternité ? Entre l'amour et l'électroménager, et particulièrement le frigo ?
    Vous apprendrez beaucoup de choses sur ce dernier, mais sans doute pas tout. Certains sujets, tel le phénomène bien connu des hommes qui n'y trouvent jamais rien, et l'explication controversée qui prétend qu'ils sont, depuis la nuit des temps, des chasseurs au regard exercé à se porter au loin pour apercevoir le gibier et non sur l'étagère du frigo pour dénicher la cuisse de poulet derrière le pot de confiture, ne sont pas abordés.
    N'est pas non plus abordé le cas de Clara Adélaïde Girardon, la belle tourangelle, qui demanda en janvier 1922 un brevet pour un appareil dénommé Grigorific et ne le fabriqua jamais. Tout ne sera donc pas dit à son sujet dans ce roman drôle et tendre... mais c'est pourtant grâce à lui que Marie découvrira combien les « presque rien » nous changent plus sûrement que les grandes idées.

  • La description, en neuf textes, d'un monde où ne reste plus à l'homme qu'une seule chose à abandonner: l'idée de lui-même. Alain Monnier poursuit l'élaboration d'un univers romanesque dont le climat, rappelant parfois la Trieste fin de siècle d'Italo Svevo, se mêle à certains moments à un ton proche de la science fiction. De là une impossibilité flagrante pour le lecteur, plongé dans le trouble, de dater certaines de ces histoires, comme de s'en détacher.
    S'entrecroisent pourtant entre ces récits intemporels des histoires plus contemporaines où le malaise n'est pas moins présent.
    Un recueil de nouvelles qui permet à son auteur de démontrer la diversité de son inspiration, de marier des thèmes et des ambiances très éloignés les uns des autres. L'imagination la plus loufoque se mêle ici à une véritable angoisse face à la tragédie moderne.

    Illustration: Equipo cronica.

  • Une sainte trilogie. On l'avait connu cherchant d'abord l'amour puis pistant du travail. Cette foi, revoici Barthélémy Parpot se lançant, en toute bonne foi, sur les traces de ces voies dites impénétrables qui mènent au seigneur. A la recherche de la voie qui sauve...
    Bienheureux les simples d'esprit: avec cette naïveté, cette innocence mais aussi ce sens du droit au but qui font sa faiblesse et sa force, Parpot va s'adresser au chef de file des quatre grands courants religieux. Pour leur poser cette sacrée question: que dois-je faire pour croire ?
    Contre toute attente, son Créateur finira par se manifester de la manière la plus surprenante qui soit.
    Judicieusement construit, tout en missives, lettres et correspondances diverses, ce Parpot la bienheureux, sous la plume incisive, tendre et pleine d'humour d'Alain Monnier chatouille les grandes questions existentielles, avec une perfidie douce et désarmante...

    Maquette: Berthole Illustration: Biosca

  • Cet ouvrage retrace l'histoire démographique récente de l'Europe dans son ensemble (y compris la Russie) et fait le point sur les défis posés à l'Union européenne par l'émergence d'un nouveau régime démographique, associant une croissance très faible, voire négative, et un vieillissement prononcé de la population.
    Il fournit tous les repères et explications nécessaires pour comprendre les profonds changements de la démographie européenne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : renouvellement des modèles familiaux, recul profond de la fécondité, succès de la lutte contre la mortalité, fluctuations de l'immigration, ralentissement de la croissance, vieillissement de la population ...
    Il apporte ensuite de nombreux éléments de réponse à des questions actuelles : comment s'explique la baisse de la fécondité ? Est-elle irréversible ? Y a-t-il une limite à la progression de l'espérance de vie ? Comment va évoluer dans le prochain quart de siècle la population de l'Union européenne ? Va-t-on vers une pénurie de main-d'oeuvre ? L'immigration est-elle une solution ?
    Ce livre, exemplaire de l'inscription des préoccupations du démographe dans le champ large des sciences sociales, s'adresse aux étudiants et professionnels de toutes disciplines - historiens, géographes, sociologues, économistes - mais aussi à tous ceux qui entendent réfléchir en connaissance de cause sur l'Europe contemporaine et ses avenirs possibles.

    Alain MONNIER est directeur de recherche à l'Institut national d'études démographiques ; il enseigne la démographie européenne à l'université de Paris-X Nanterre, ainsi qu'à l'Institut de démographie de l'université de Paris (Paris-I).
    Tendances séculaires et chocs de l'histoire. Entre tradition et modernité : les années 1945-1970. Essor de la modernité à l'Ouest, statu quo à l'Est : les années 1970 et 1980. Continuité dans le changement à l'Ouest, bouleversements à l'Est : les années 1990. Chute de la croissance et vieillissement démographique (1950-2000). Tendances longues et perspectives : la baisse de la fécondité est-elle irréversible ? Tendances longues et perspectives de la mortalité : vivre jusqu'à quel âge ? L'Union européenne : la construction d'une population. Chronique d'une évolution attendue : la population de l'Union européenne en 2030. Trois défis : population active, personnes âgées, retraites. L'immigration dans l'Union européenne : Quelles tendances ? Quel rôle ? Quelle politique ?

  • Qui ne voudrait comme Isidro, Eva ou Karine quitter chaque soir sa banale petite existence pour pénétrer dans une Seconde Vie flamboyante où tout serait soudain possible ? Alain Monnier nous offre un grand roman qui oscille entre le monde réel et un univers virtuel quelque peu inspiré de Second Life, et nous invite à suivre les aventures de personnages hauts en couleurs et de leurs avatars. Bienvenue dans un monde qui n'existe pas mais qui sera bientôt au coeur de toutes les discussions de notre quotidien le plus réel.

  • Place de la trinité

    Alain Monnier

    Adrien Delorme aime Louise qui se refuse à lui depuis trois ans. Ce 6 avril, elle ne vient pas à leur rendez-vous rituel. Adrien décide de l´attendre, le temps qu´il faudra. Il se promet de ne plus bouger et organise peu à peu sa vie autour de cette attente, mais le monde ne le laisse pas en paix. Le défilé permanent sur la place de la Trinité ne cesse de le perturber, il y croise ses amis, ses collègues, et se trouve malgré lui mêlé à l´effervescence de la vie publique.
    Louise se décidera-t-elle à lui faire un signe ? Ou restera-t-elle désirée et inaccessible, à l´image de Laure que Pétrarque, l´idole d´Adrien, célébra toute sa vie ?
    Avec la causticité dont il a le secret, Alain Monnier signe une comédie réjouissante : ici, l´attente se vit à toute allure. Mais cette histoire d´amour fantaisiste cache aussi une réflexion originale sur le temps et la nature du désir.

  • Les ombres d'Hannah

    Alain Monnier

    • Climats
    • 27 Août 2014

    Quelque part en Europe, à une époque floue qui importe peu tant l'Histoire nous montre qu'elle bégaie à perpétuité, une femme cherche à fuir son pays.
    Elle n'a pour tout viatique que sa noblesse, et l'orgueil des gens de qualité.
    Un fonctionnaire de l'État, consciencieux et cynique, s'éprend dès le premier regard de cette Hannah belle à force de dignité.
    Il offre de l'héberger, le temps de lui obtenir un passage vers la liberté.
    Leur cohabitation, huis clos inquiétant où le plus pervers n'est pas celui que l'on attendait, s'organise autour d'un étrange contrat.
    Chaque soir, Hannah peaufine un récit trouble, destiné à envoûter son geôlier tout en gardant le droit de demeurer « intouchée ».
    /> Les Ombres d'Hannah est l'histoire d'un amour ambigu, au ton singulier, dans une société aux résonances contemporaines.
    Après Signé Parpot, Un amour de Payot et Côté jardin, Alain Monnier propose un quatrième roman, à la narration étrange, où le héros apostrophe directement le lecteur.
    Couverture : ODILE CHAMBAUT / ATELIER MICHEL BOUVET © Éditions Climats, 1999

  • Cet ouvrage propose une  préparation complète aux épreuves du BTS Banque. Il contient  :Une  présentation  de la  formation, du  diplôme  et des  épreuves.Pour chaque épreuve  (Culture générale et expression, Langue vivante étrangère, Gestion de la relation client, Développement et suivi de l'activité commerciale, Environnement économique juridique et organisationnel de l'activité bancaire) une  présentation détaillée, des  conseils méthodologiques, des  annales  avec leurs  corrigés enrichis.Des  cas originaux  proposés par les auteurs et leurs  corrigés.Une  préparation  à l'épreuve  facultative de  certification professionnelle.

  • Alfred Fouillée écrit à une époque marquée par l'affrontement de la France et de l'Allemagne et par la crainte d'une déchirure de la société face à l'emprise croissante des idées révolutionnaires et au déclin irréversible des formes traditionnelles d'autorité. Ses ouvrages consacrés à la "question sociale" ont assuré sa notoriété jusqu'à en faire le "parrain intellectuel" de la Troisième République, ce qui peut aussi expliquer le relatif oubli dont il est l'objet.Pourtant la signification et la portée de l'oeuvre d'Alfred Fouillée ne se réduisent pas à cette dimension. Il est aussi l'auteur d'une philosophie évolutionniste de la vie dont l'idée-force est le concept central. La vie est la synthèse de la force et de l'idée, et l'évolution est le processus par lequel l'accent passe de la force à l'idée. Du vivant au social, l'idée-force devient idéal et l'évolution, initialement involontaire, devient réforme volontaire. Si elle commence avec l'égoïsme et la lutte pour la vie, l'évolution ne prend son sens que par sa fin, l'altruisme et la fraternité. C'est pourquoi la démocratie est l'idée-force en politique, même si, du fait que l'évolution requiert maintenant la volonté et la liberté, la crise est le régime normal de la démocratie, si l'ont sait voir en elle l'aiguillon qui l'incite à s'approcher de son idéal.

  • La théorie du Big Bang semble tout expliquer du passé de l'Univers et de son futur. Mais il reste de nombreuses énigmes à résoudre. L'une d'entre elles tient en haleine les astronomes depuis près de 70 ans : tous les calculs le montrent, plus de 90 % de l'Univers reste invisible ! Mais quelle est cette matière invisible qui n'émet ni n'absorbe de lumière ? Alain Bouquet et Emmanuel Monnier retracent l'incroyable aventure intellectuelle de cette énigme et plonge le lecteur dans un véritable récit à « rebondissements scientifiques » où s'invite un nouveau personnage : la mystèrieuse énergie noire. Cette nouvelle édition intègre les derniers développement en cosmologie (hypothèse Mond, hypothèse des particules ultra-lourdes...). Des portraits de grands chercheurs ont aussi été ajoutés qui montrent que la science est d'abord le fait d'aventures humaines parfois tragiques, parfois comiques, mais toujours surprenantes. Alain Bouquet est Physicien Cosmologiste, directeur de recherche au CNRS (laboratoire APC/université Paris 7), traducteur, avec Évelyne Bouquet, du Doigt de Galilée de Peter W. Atkins (Dunod, 2004) et de Plus vite que la lumière de João Magueijo (Dunod, 2003). Emmanuel Monnier est journaliste scientifique.

empty